Accrochage voiture : sécuriser le périmètre

Lors d'un accident de la route, pour la sécurité des personnes impliquées, mais aussi des autres automobilistes, il est nécessaire de délimiter la zone du sinistre. Cela permet d'éviter un carambolage et d'autres blessés.

Si l'accident implique des dommages corporels, il est urgent de contacter les secours. Appelez le 15 ou le 18 afin d'obtenir une assistance médicale rapide. Il est également nécessaire de joindre la police via le 17. Quel que soit l'état de gravité de la situation, il ne faut pas déplacer un blessé à moins qu'il ne court un grave danger (incendie, explosion…).


Accrochage en voiture : Remplir un constat amiable

Pour déterminer la responsabilité et les causes d'un accident, les assureurs se basent sur un seul et unique document : le constat amiable. Ce dernier retrace les conditions exactes de l'événement, grâce aux versions des faits des deux conducteurs et des témoins s'il y en a. Il est très important de recueillir la version des faits de ces derniers à condition qu'ils ne fussent pas présents dans l'un des véhicules et qu'ils ne soient pas des membres de la famille ou proches de l'un des conducteurs impliqués.

Il est impératif d'envoyer le constat sous 5 jours après l'accident.

Comment remplir le constat amiable ?

Dans une situation idéale, les deux automobilistes impliqués dans l'accrochage remplissent le constat et leurs versions des faits sont en accord. Si l'une des parties n'est pas du même avis et qu'elle refuse de signer le constat, il convient alors de relever son numéro de plaque d'immatriculation et de le reporter dans la case « Observation » dédiée à cet effet. N'hésitez pas à préciser la contestation et donner le plus de détails possible.

Une fois signé, le constat à l'amiable est impossible à contester ultérieurement. C'est pourquoi il est indispensable de le remplir avec précaution et de conserver son sang-froid. L'idéal est de ne pas le signer sur place et de le remplir à tête reposée puis d'envoyer sa propre version à son assureur. Surtout si les deux parties n'arrivent pas à se mettre d'accord sur les circonstances réelles.


Les cas d'accidents particuliers

Certains accrochages peuvent être beaucoup plus complexes à régler administrativement parlant que la simple collision sur un parking. Être informé sur les conditions de prise en charge dans ces cas précis peut s'avérer utile puisque ceux-ci arrivent assez fréquemment.

Que faire si le responsable de l'accident n'a pas pu être identifié ?

Le délit de fuite est malheureusement une situation difficile à prendre en charge pour les assurances. En l'absence de témoin et d'identité pour le conducteur responsable de l'accident, il y a différents cas de figure possibles.

  1. Si votre contrat d'assurance auto comporte une garantie tous accidents, les dommages subis par votre véhicule seront couverts par votre assureur.
  2. Si vous avez seulement une garantie dommages collision, il faudra que le conducteur responsable de ces dommages soit identifié pour bénéficier d'un dédommagement.
  3. Si vous n'avez aucune garantie, le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages (FGAO) peut être amené à prendre en charge les dommages matériels dans certains cas.

Il faut pour cela que :

  • Le responsable de l'accident soit inconnu
  • Le tiers responsable de l'accident soit identifié, mais pas assuré
  • La victime ait subi des dommages corporels
  • La victime soit sujette à une hospitalisation d'au moins 7 jours et d'une incapacité temporaire égale ou supérieure à 1 mois ou d'un déficit fonctionnel d'au moins 10 %

Vous avez heurté un animal sauvage

Sur les routes de campagnes, tôt le matin ou tard le soir, il n'est pas rare de croiser cerfs, blaireaux et sangliers. Ces animaux sauvages, en plus d'être dangereux pour votre sécurité au volant, peuvent faire des dégâts colossaux à votre véhicule. Afin de bénéficier d'une prise en charge pour de tels dommages, il est nécessaire d'avoir souscrit à la garantie dommages tous accidents.


L'expertise et la réparation du véhicule victime de l'accrochage

La visite de l'expert a généralement lieu dans la semaine qui suit la déclaration du sinistre. Après son passage, il envoie une copie de son rapport au propriétaire du véhicule endommagé. Si ce dernier n'est pas d'accord avec les conclusions de l'expert, il est dans la possibilité de faire appel à un second expert de son choix, à ses frais. Une expertise contradictoire est alors mise en place, impliquant les deux experts. Si le désaccord persiste, un troisième expert, toujours à la charge de l'assuré, sera désigné pour trancher.

En rendant son verdict, l'expert détermine si le véhicule accidenté est dangereux ou non et s'il est réparable ou non.

Si le véhicule est réparable, deux cas de figure sont possibles :

  • L'assuré règle les frais au réparateur et se fait rembourser par l'assurance
  • L'assureur prend en charge les frais de réparation directement (sauf la franchise, à la charge de l'assuré)

Si le véhicule n'est économiquement pas réparable, cela signifie que le montant des réparations est supérieur à la valeur du véhicule avant l'accident. Le propriétaire peut le céder à son assureur et recevra une indemnisation. Il a également la possibilité de le conserver, mais en attendant de faire effectuer les réparations, il ne sera pas possible de le vendre ou le donner.