Les risques de l'alcool au volant

Si l'alcool au volant est responsable d'environ un tiers des décès sur la route, ce n'est pas sans raison. Il est admis que boire deux verres d'alcool (bière ou vin) suffit à réduire ses réflexes. Voici de quelle manière vous vous mettez, vous et les autres, en danger, en buvant avant de conduire :

  • avec 0,5 g/l d'alcool dans le sang, le risque d'accident est multiplié par 2 ;
  • avec 0,8 g/l d'alcool dans le sang, le risque d'accident est multiplié par 10 ;
  • avec 1,2 g/l d'alcool dans le sang, le risque d'accident est multiplié par 35.

C'est pourquoi les règles sont aujourd'hui plus strictes, c'est le cas notamment pour les jeunes conducteurs qui, avec leur permis probatoire, ont plutôt intérêt à respecter les règles.


Qu'est-ce qu'un jeune conducteur ?

Aux yeux de l'assurance auto, un jeune conducteur est un conducteur qui, dans la majeure partie des cas, est un conducteur novice. Cela signifie qu'il a obtenu son permis de conduire depuis moins de trois ans. Il n'est pas ici question d'âge. Mais sont également considérées comme jeunes conducteurs les personnes qui n'ont jamais été assurées à leur nom, même si elles ont régulièrement conduit en tant que conducteur secondaire ou si elles ont pris le volant de leur voiture d'entreprise assurée au nom de leur employeur.

Aux yeux de la loi, le jeune conducteur est simplement celui qui a obtenu récemment son permis de conduire et qui est titulaire d'un permis probatoire avec 6 points la première année.

Que peut boire un jeune conducteur avant de conduire ?

Le jeune conducteur n'a pas véritablement le droit de boire de l'alcool avant de conduire. En effet, depuis le 1er janvier 2015, les jeunes conducteurs ne peuvent présenter un taux d'alcoolémie supérieur 0,2g/l de sang. Cela représente à peine un verre d'alcool.

Les conséquences peuvent être importantes si vous avez consommé de l'alcool alors que vous venez d'obtenir votre permis. Voici les sanctions prévues par la loi.


Pour un taux d'alcoolémie égal ou supérieur à 0,2g/l de sang :

  • retrait de 6 points (ce qui représente un retrait de permis durant la première année probatoire) ;
  • 135 € d'amende.

Pour un taux d'alcoolémie entre 0,5g/l et 0,8g/l de sang :

  • retrait de 6 points (ce qui représente un retrait de permis durant la première année probatoire) ;
  • suspension du permis de permis jusqu'à 3 ans ;
  • 135 € d'amende.
  • immobilisation du véhicule.

Pour un taux d'alcoolémie de 0,8g/l de sang :

  • retrait de 6 points (ce qui représente un retrait de permis durant la première année probatoire) ;
  • suspension ou annulation de permis durant 3 ans ;
  • stage obligatoire de sensibilisation à la sécuritaire routière à ses frais ;
  • immobilisation du véhicule si aucun passager n'est en état de conduire ;
  • interdiction de conduire, pendant une période pouvant atteindre 5 ans, un véhicule qui n'est pas équipé d'un éthylotest anti-démarrage ;
  • jusqu'à 4 500 € d'amende ;
  • 2 ans de prison.

Assurance auto et alcoolémie : les risques pour un jeune conducteur

Au-delà des sanctions prévues par la loi, assurance auto et alcoolémie sont liées, notamment chez le jeune conducteur. En effet, l'assurance auto assure un risque qu'elle doit pouvoir maîtriser. Si celui-ci augmente, elle peut prendre des décisions radicales. Ainsi, si l'un de ses assurés a un accident alors qu'il avait consommé de l'alcool, elle peut augmenter sa prime de manière conséquente. Mais elle peut également faire le choix de résilier l'assurance auto d'un jeune conducteur alcoolisé.

Quelles sont les règles pour les conducteurs expérimentés ?

Pour les conducteurs expérimentés, les règles sont quasiment les mêmes. La seule différence est qu'il est possible de boire un verre avant de conduire. En effet, cette fois, les conducteurs ne sont pénalisés qu'à partir d'un taux de 0,5g/l de sang. Quant aux sanctions, elles sont les mêmes que pour un jeune conducteur dès ce niveau d'alcoolémie.

Jeune conducteur : et si vous étiez résilié par votre assurance auto ?

En tant que jeune conducteur, vous payez déjà une assurance auto chère. En effet, une surprime est appliquée au cours des trois premières années. Assurance auto et alcoolémie ne font définitivement pas bon ménage. En effet, au-delà de la surprime attribuée naturellement à tout jeune conducteur, vous pourriez rencontrer des difficultés à trouver une assurance à un prix correct. En étant résilié par votre assureur parce que vous avez roulé sous l'emprise de l'alcool, vous devrez trouver une autre assurance auto. Or, si certains assureurs vous font payer le prix fort au regard du risque encouru, d'autres pourront simplement refuser de vous assurer.


Comparer pour trouver une nouvelle assurance auto

Si vous êtes résilié et que vous souhaitez trouver votre nouvelle assurance auto, utilisez un comparateur d'assurance auto. Cette méthode va vous permettre, selon votre situation, de trouver une assurance auto adaptée.

Toutefois, si après votre comparatif, vous vous apercevez qu'aucun assureur ne souhaite vous faire signer un contrat, adressez-vous au Bureau central de tarification. Le BCT va imposer à un assureur de vous prendre en charge durant un an. C'est le BCT qui va fixer le tarif, celui-ci sera naturellement plus élevé que pour un autre assuré. D'autre part, vous ne pourrez être assuré qu'au tiers. Ainsi, la responsabilité civile est la seule garantie qui vous est accordée. Cela signifie qu'aucune indemnisation n'est prévue si vous endommagez votre véhicule. Cette assurance permet simplement d'indemniser un tiers si vous êtes responsable d'un accident.