La Sécurité sociale des étudiants

Auparavant, Sécurité sociale et mutuelle étudiante étaient obligatoires. La donne a changé en 2019. En effet, depuis le 31 août, le régime spécifique des étudiants a disparu.

Aussi, tous ceux qui ont commencé leurs études en 2019 sont affiliés de fait au régime général de la Sécurité sociale. Cela leur offre une protection de base. Celle-ci a un coût : 91 €. Lorsque la mutuelle étudiante était obligatoire, le prix global était de 217 €. Le prix était fixe, impossible de comparer les tarifs.

Une mutuelle pour étudiants pas obligatoire… mais conseillée

Aujourd'hui, seule la Sécurité sociale est obligatoire pour les étudiants. Est-ce suffisant ? La réponse est non. La mutuelle santé permet de prendre en charge toutes les dépenses qui ne sont pas remboursées par la Sécurité sociale. Certes, les étudiants sont souvent en pleine santé, mais personne ne peut préjuger de l'avenir.


Si vous avez un accident et que l'on vous prescrit des séances de kinésithérapie, il sera nécessaire d'avoir une mutuelle pour compléter les remboursements de la Sécurité sociale. Si, à force de passer du temps sur votre ordinateur, vous avez besoin de lunettes, il sera plus que nécessaire d'avoir une mutuelle au regard des remboursements extrêmement faibles de la Sécurité sociale.

Vous avez besoin de consulter un spécialiste de secteur 2 qui pratique des dépassements d'honoraires ? Ceux-ci ne sont jamais pris en charge par l'Assurance maladie, seule la mutuelle intervient au regard de la formule souscrite.

Donc, effectivement, la mutuelle étudiante n'est pas obligatoire. Est-elle indispensable ? Oui, nous le pensons, afin de vous préserver financièrement à terme.

Étudiant : comment bien choisir votre mutuelle santé ?

C'est la question la plus complexe. En tant qu'étudiant, nous savons à quel point le budget est important. Il va falloir ici trouver le meilleur rapport qualité/prix, comparer s'impose.

En premier lieu, vous devez définir votre besoin. Toutes les mutuelles étudiantes ne se valent pas. Certaines formules offrent un accompagnement simple et efficace, d'autres formules proposent une protection extrêmement complète.

Voici les différents points à étudier avant de vous engager :

  • vos besoins en matière de consultation.

Si vous consultez uniquement des médecins de secteur 1, nul besoin de souscrire une protection forte. En revanche, si vous êtes amené à consulter des spécialistes de secteur 2, soyez vigilant quant à la prise en charge des dépassements d'honoraires ;

  • vos besoins en matière d'hospitalisation : si vous allez peu à l'hôpital, une protection simple suffit. En revanche, si vous rencontrez des problèmes de santé qui imposent une hospitalisation, non seulement la mutuelle est utile pour compléter les remboursements de la Sécurité sociale, mais en cas de dépassements d'honoraires du chirurgien, seule la mutuelle vous indemnisera ; .
  • vos besoins en matière d'optique et de dentaire : optique et dentaire sont deux domaines très mal remboursés par la Sécurité sociale. Vous portez des lunettes ? Vous avez des problèmes dentaires ? Cette fois, il faut veiller à souscrire une mutuelle offrant une protection importante dans ces domaines. C'est primordial si vous souhaitez réduire votre reste à charge, cela vous coûtera moins cher de vous protéger que de faire face à une lourde dépense ;
  • vos besoins en matière de médecines douces : si vous êtes amateur d'ostéopathie ou d'acupuncture, sachez que la Sécurité sociale ne rembourse pas ces pratiques. Aussi, votre mutuelle étudiante devra prendra en charge tout ou partie de ces séances.

Ce sont ces points qui vont déterminer la formule dont vous avez besoin pour votre mutuelle étudiante non obligatoire.


Est-il possible d'être rattaché à la mutuelle des parents ?

Oui, cela est possible dans une certaine mesure, c'est parfois une option à considérer. Attention toutefois, les mutuelles santé posent des limites.

La première condition est simple : l'étudiant doit être à la charge des parents.

Certaines mutuelles proposent une affiliation jusqu'à 21 ans, d'autres jusqu'à 25 ans. Au-delà, c'est plus compliqué, même si l'enfant est encore étudiant et domicilié chez ses parents.

Est-ce que cela coûte plus cher ? En théorie oui, dans la mesure où la mutuelle assure un risque supplémentaire. Toutefois, le surcoût peut ne pas être très important. Pour la mutuelle, un jeune de 20 ans présente naturellement un risque réduit par rapport à une personne plus âgée et donc, plus encline à consulter et à générer des dépenses.

Quid de la CSS ?

Depuis que la mutuelle étudiante n'est plus obligatoire, beaucoup d'étudiants ne sont pas couverts. S'il s'agit d'une considération financière, sachez que la complémentaire santé solidaire s'adresse aussi aux étudiants. Celle-ci permet une prise en charge intégrale de la part de l'État ou d'une aide permettant de plafonner les cotisations pour être couvert tout en préservant votre budget. La CSS est soumise à certaines conditions (revenus, foyer fiscal, etc.).


Comment réduire le coût de votre mutuelle étudiante ?

Aujourd'hui, vous êtes libre de souscrire la mutuelle étudiante de votre choix. C'est finalement une très bonne nouvelle à l'ère du comparateur. Lorsque la mutuelle étudiante était obligatoire, le prix était déterminé en amont, vous n'aviez aucune marge de manœuvre.

Aujourd'hui, comparez les offres simplement depuis votre ordinateur. Remplissez un formulaire et recevez des devis. C'est gratuit et sans engagement vous n'avez rien à perdre et certainement tout à gagner. Ce service permet de trouver le meilleur rapport qualité/prix pour votre complémentaire santé. Aussi, non seulement, vous respectez votre budget, mais en plus vous êtes couvert au regard de votre besoin en matière de santé.

Aujourd'hui, de trop nombreux étudiants n'ont pas de mutuelle santé. Le risque financier est très important, mais le risque de renonciation aux soins l'est tout autant. Trouvez une mutuelle étudiante pas chère et soyez certain de pouvoir vous soigner à tout moment.