remboursement mutuelle optique

Le texte, qui doit être examiné aujourd'hui à l'Assemblée Nationale, permet aux mutuelles santé de créer des réseaux de soins en particulier dans les domaines de l'optique et du dentaire et par conséquent, de mieux rembourser leurs adhérents qui passeront par ces réseaux conventionnés.

Certains corps de métiers comme les chirurgiens-dentistes, les internes ou encore les opticiens semblent très réticents à cette mesure puisqu'ils y voient non seulement un risque de baisse de leurs honoraires mais aussi une réduction de la liberté de choix des patients et plus généralement de l'exercice médical. Pour les assurés santé et les adhérents à une mutuelle, c'est aussi et surtout une question d'un meilleur remboursement d'une mutuelle optique ou d'une mutuelle dentaire.


Dans le domaine de l'optique, la Mutualité française défend ces réseaux de soins à travers une enquête Ipsos(*), réalisée pour son compte. Cette dernière révèle que 81% des Français qui acquièrent leurs lunettes auprès de réseaux d'opticiens agréés seraient satisfaits contre 71% pour l'ensemble des Français porteurs de lunettes.

Concernant le tiers-payant, en d'autres termes les frais pris en charge par l'assurance santé et remboursés directement à l'opticien, 91% de ces personnes seraient également satisfaites. La première fédération mutualiste explique que "la satisfaction augmente avec le renouvellement de l'achat en réseau : 22% des acheteurs chez un opticien agréé sont plus satisfaits que lors de leur précédent achat, 70% sont autant satisfaits".

Les réseaux de soins agréés semblent aussi plaire aux opticiens exerçant en succursale ou en franchises de grandes enseignes puisque pour Olivier Baroukh, Directeur du réseau des succursales d'Optical Center, faire partie d'un réseau de soins mutualiste représente "un avantage compétitif pour un magasin d'optique".

En revanche, les opticiens indépendants ne sont pas de cet avis et estiment que 57% des Français porteurs de lunettes ne seraient pas favorables à ces réseaux agréés. En effet, d'après une enquête du cabinet Gallileo Business Consulting réalisée pour la Centrale des Opticiens (centrale d'achat réunissant 2000 opticiens indépendants), sur un échantillon représentatif de 915 porteurs de lunettes, le nombre de personnes informées de ces réseaux mais ayant tout de même décidé d'acheter leurs lunettes chez des opticiens indépendants aurait doublé entre 2010 et 2012, en passant de 19% à 39%.


Le Directeur de la Centrale des Opticiens, Fabrice Masson, affirme que la majorité des Français souhaitent conserver avant tout une liberté de choix car "57% des répondants préfèrent que la complémentaire santé ne rembourse pas 20% supplémentaires mais laisse le libre choix d'aller chez n'importe quel opticien, contre 38% en 2010".

Malgré les nouvelles évolutions du texte la semaine passée lors de son examen par la Commission des affaires sociales, les députés vont devoir prendre une décision aujourd'hui en séance publique sur cette proposition de loi. Pour cette Commission, cette proposition de loi représente "la première étape d'une réflexion plus large sur l'organisation de notre système de santé". Cette dernière promet donc encore de longs débats...

(*) Enquête réalisée du 24 au 29 octobre 2012 par Ipsos pour la FNMF (Fédération Nationale de la Mutualité Française) auprès d'un échantillon représentatif de 503 acheteurs français de lunettes correctrices.