Santé : La ministre de la Santé Marisol Touraine a dévoilé hier son plan de lutte contre les déserts médicaux
un service de meilleurtaux.com

Santé : La ministre de la Santé Marisol Touraine a dévoilé hier son plan de lutte contre les déserts médicaux

plan lutte déserts médicaux

Le phénomène de « désertification médicale » touche aujourd'hui 4 200 communes excentrées ou quartiers défavorisés. Le Gouvernement souhaite donc lutter contre ce problème majeur qui concerne près de 3 millions de français.

Les déserts médicaux s'expliquent par le départ de médecins qui exerçaient seuls auparavant dans ces zones et n'ayant pas trouvé de remplaçant. Ce problème devrait s'aggraver avec le départ à la retraite d'environ 25% de médecins généralistes libéraux. Le plan du gouvernement vise donc à inciter les jeunes practiciens à travailler dans ces zones tout en respectant leur liberté d'installation.

La principale mesure consiste à promouvoir l'exercice libéral dès la formation de médecins. Selon Marisol Touraine, il y aura « 100% des étudiants en médecine générale en stage dans un cabinet libéral, si possible dans un territoire isolé ». Les jeunes médecins devraient bénéficier d'une installation garantie et percevoir un revenu de 4 600 euros par mois. L'an prochain, 200 praticiens territoriaux de médecine générale seront concernés par cette mesure et ce, pendant au moins deux ans.


Par ailleurs, le gouvernement souhaite augmenter davantage le nombre de contrats d'engagement de service public, de manière à atteindre 1500 par an en 2017. En signant ces contrats, les médecins s'engagent à installer leur cabinet dans les zones défavorisées et à exercer pendant autant d'années qu'ils ont perçu l'allocation de 1 200 euros brut par mois.

Les maisons de santé pluridsciplinaires (MSP) qui regroupent différents professionnels de santé, auront également droit à des forfaits. Cette mesure permettra aux internes d'être formés par des chefs de clinique au sein des MSP. Le plan global de lutte contre les déserts médicaux prévoit également de développer davantage la télémédecine à travers des premières essais en dermatologie. D'autre part, des praticiens hospitaliers auront la possibilité de venir travailler à temps partiel dans des structures libérales tout en conservant leur statut de salarié. 
     
Ces différentes mesures du plan du gouvernement sont plus ou moins bien accueillies par les professionnels de santé. En effet, le syndicat des jeunes médecins généralistes (SJMG) le juge « insuffisant ». Dans une interview accordée à l'Express, le Président du syndicat, Alexandre Husson, revient en particulier sur la garantie de salaire annuel qui selon lui, « ne pourra pas répondre à la pénurie annoncée de médecins sur le territoire français » puisqu'elle ne concerne que 200 personnes en comparaison aux 2000 médecins qui partiront en retraite en 2013 et 13 000 d'ici 2019. En revanche, pour Emmanuel Bagourd, Président du syndicat des internes en médecine générale, « le plan de la ministre agit vraiment sur l'ensemble des appréhensions à l'installation pour les jeunes médecins ».

Dans tous les cas, les effets attendus par le gouvernement ne devraient pas se faire sentir avant plusieurs années...

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (686 avis clients sur Avis-Vérifiés)