fraude assurance incendie volontaire voiture

Comme chaque début d'année, le sujet revient et préoccupe toujours autant les assureurs. Selon, Stéphane Pénet, Directeur des assurances de biens et de responsabilités de la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA), un peu moins d'une voiture sur cinq serait brûlée par incendie volontaire.

Ce mardi 1er janvier 2013, le Ministre de l'Intérieur Manuel Valls, a dévoilé le nombre de voitures incendiées dans la nuit de la St Sylvestre soit 1193 véhicules. Parmi ceux-ci, de nombreux cas d'arnaque à l'assurance devraient encore être détectés par les experts.
D'après le magazine Le Point, le nombre de véhicules assurés tous risques (bénéficiant par conséquent de la "garantie incendie"), augmente tous les ans et représente actuellement 85% des véhicules.  


La détection de la fraude fait donc l'objet de formations chez les assureurs et bien-sûr chez les experts automobilistes dont le métier consiste à décoder les traces des sinistres. De plus, en cas de doute, les compagnies d'assurance peuvent faire appel à des enquêteurs agréés par l'Agence pour la lutte contre la fraude à l'assurance (Alfa).

D'autre part, d'importants progrès ont été réalisés dans le croisement des données qui permet de recouper «les éléments recueillis à la souscription du contrat et d'autres au moment du sinistre», ajoute l'hebdomadaire.

Toutefois, la lutte contre la fraude représente un budget conséquent pour les assureurs car elle les oblige à s'adapter constamment aux nouvelles pratiques des criminels. Et selon Odilon Audouin, Directeur "risk advisory" au sein du cabinet d'audit et de conseil Deloitte, «le point faible, c'est qu'ils n'ont toujours pas chiffré le coût de la fraude » et « tant que vous ne savez pas combien cela vous coûte, il est difficile de demander des budgets».
 
Une rencontre entre Manuel Valls et les assureurs devrait prochainement avoir lieu afin de traiter ce sujet épineux...