Décès et accidents dus à la pilule

Selon un rapport de l'Agence nationale du médicament (ANSM), la pilule contraceptive entraîne chaque année plus de 2500 accidents et 20 décès prématurés.

C'est le résultat de l'enquête publiée ce mardi par l'ANSM : les contraceptifs oraux combinés (COC) provoquent, « en moyenne » chaque année, 2529 accidents thromboemboliques veineux et « 20 décès prématurés ».

Suite à la plainte mi-décembre d'une jeune femme victime d'un accident vasculaire cérébral qu'elle attribue à la pilule, l'ANSM a décidé de lancer cette étude pour avoir des données plus précises sur le nombre de personnes concernées par les effets indésirables de la pilule. En effet, jusqu'à présent aucune étude nationale n'avait été entreprise et seules des projections à l'échelle européenne indiquaient que le risque d'avoir un accident thromboembolique veineux était deux fois plus élevé avec une pilule de 3ème et 4ème génération qu'avec un contraceptif plus ancien.


L'étude dévoilée aujourd'hui a été menée de 2000 à 2011 et porte sur les femmes âgées de 15 à 49 ans exposés aux contraceptifs oraux.

Elle indique que parmi ces 20 décès prématurés, 14 sont imputés aux pilules de 3ème et 4ème génération et 6 aux pilules de 1ère et 2ème génération. De même, sur les 2529 accidents veineux annuels, 1751 sont attribuables aux pilules dites de « nouvelle génération » et 778 aux pilules de 1ère et 2ème génération.

Face à ces risques accrus, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a décidé d'encadrer plus strictement les prescriptions en cessant le remboursement de certaines pilules ou en obligeant les médecins à mentionner certains points sur les ordonnances.

L'étude de l'ANSM comporte cependant une certaine limite car elle ne mesure que le risque veineux, sans prendre pas en compte le risque artériel. Quoi qu'il arrive, les pilules « nouvelle génération » sont de plus en plus boudées par les femmes puisqu'on constate une chute de 34% des ventes en février, et une hausse de 27% des ventes de pilules de 1ère et 2ème génération, selon l'ANSM.