Nouveau calendrier vaccinal

Afin d’optimiser le nombre d’injections nécessaires et de rendre les âges des rendez-vous vaccinaux plus facilement mémorisables, le ministère de la Santé vient de dévoiler un nouveau calendrier vaccinal.

Après avis du Haut conseil de la santé publique (HCSP), le ministère de la Santé, par publication d’un calendrier simplifié des vaccinations, a pour objectif de redonner un nouvel élan à la vaccination. Inspiré de la Suède, du Danemark, de la Finlande et de l’Italie, ce calendrier optimise le nombre d’injections nécessaires et rend les âges des rendez-vous vaccinaux plus mémorisables.

Chez les nourrissons tout d’abord, la primovaccination contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite (DTCaP), et contre les infections haemophilus influenzae b (HIB) et l’hépatite B est allégée. Au lieu des 3 doses et d’un rappel entre 16 et 18 mois, le nouveau schéma prévoit 2 doses espacées de 2 mois et un rappel avancé à 11 mois. De plus, la vaccination contre la rubéole, les oreillons et la rougeole (ROR) va changer. Une première dose de vaccin ROR est maintenant recommandée à l’âge de 12 mois pour tous les enfants, et une deuxième entre 16 et 18 mois.


Chez les enfants, plusieurs changements sont aussi à signaler. Tout d’abord, un rappel de vaccin coquelucheux devra être fait à l’âge de 6 ans, et l’âge de début de vaccination des jeunes filles contre le papillomavirus est avancé à 11 ans, contre 14 ans précédemment. Le rappel DTP (vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite) est quant à lui supprimé entre 16 et 18 ans.Enfin, le rattrapage proposé jusqu'alors aux jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n'avaient pas encore eu de rapport sexuel ou, au plus tard, dans l'année suivant le début de leur vie sexuelle, n'est plus conseillé que jusqu'à l'âge de 19 ans.

Chez les adultes, les rappels de DTP ne se feront plus à des intervalles de 10 ans mais à des âges déterminés, puisque la protection de ces vaccins est bien supérieure à 10 ans. Les nouveaux rendez-vous sont établis à 25, 45 et 65 ans. Par contre, à partir de 65 ans et pour tenir compte de la baisse de la mémoire immunitaire, le rythme décennal de vaccination devra reprendre.