réduction des dépenses assurance maladie

L'assurance maladie a dévoilé ce matin ses préconisations pour permettre de réaliser les 2,48 milliards d'euros d'économie nécessaires pour atteindre l'objectif gouvernemental qui est de limiter l'augmentation des dépenses de 2.4%.

Les dépenses de santé avaient augmenté de 2.5% en 2012 et de 2.7% cette année, c'est dans ce cadre que le 27 juin dernier, la Cour des Comptes avait annoncé des mesures chocs de réduction des coûts de santé, qui étaient lin de faire l'unanimité du corps médicale ainsi que des patients.

Ces préconisations se basent sur trois grandes idées, et ont pour but de suivre les directives du gouvernement, à savoir de limiter les dépenses sans pour autant diminuer la qualité des prestations santé.

Premièrement, la caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) propose une réduction significative des tarifs médicaux, et estime une économie résultante de 750 millions d'euros. Cette baisse des tarifs toucherait premièrement certains médicaments, et notamment certains traitements contre le cholestérol, certains antis-coagulant. Mais aussi en particulier le Lucentis produit par Novartis et traitant une forme de dégénérescence visuelle est montré du doigt.

La réduction de coût toucherait aussi les dispositifs médicaux, c'est-à-dire les pompes à insuline, appareils respiratoires, pansements et prothèses entre autres, qui sont bien plus cher qu'à l'étranger selon des études récentes de l'organisation.

De même, une meilleure gestion des dépenses des hôpitaux est recommandé par l'assurance-maladie, et pourrait économiser jusqu'à 220 millions d'euros sur les achats et 150 millions d'euros minimum sur les prescriptions. Sont à nouveau dénoncés aussi les tarifs des biologistes et des radiologues, tarifs que la CNAM recommande vivement de réduire.

 

La deuxième préconisation de l'assurance maladie concerne ce qu'elle appelle la « maîtrise médicale », et incite les médecins à prescrire notamment plus de génériques que de médicaments chers, et les invite à des prescriptions d'examens plus justifiées.  Cette maîtrise médicale porte aussi sur les déplacements, de médicaux et de patients, que l'assurance maladie voudrait plus limités et mieux organisés.

Selon les chiffres évoqués, cette mesure d'organisation permettrait une économie d'environ 600 millions d'euros, sans pour autant affecter la qualité des prestations et des soins.

 

Enfin une dernière recommandation s'est établie concernant les opérations et particulièrement les séjours inutiles à l'hôpital. En effet la CNAM encourage à une meilleure gestion des opérations qui pourrait éviter aux patients de devoir passer une nuit sur place.

De même l'assurance maladie montre du doigt des opérations jugées trop systématiques et pas particulièrement toujours justifiées, l'appendicectomie, l'opération de la thyroïde, du canal carpien ou de la prostate serait effectivement un peu trop automatique dans certains cas.


Grâce à ses orientations avisées, la CNAM espère pouvoir réduire ces dépenses et effectuer une économie de 2.48 milliards d'euros. Ainsi, l'organisation s'inscrit dans les volontés gouvernementales de limitation de l'augmentation des coûts de la santé, sans pour autant réduire la qualité des soins proposés aux patients.