La CNIL appelle à la prudence concernant les télé-alarmes
un service de meilleurtaux.com

La CNIL appelle à la prudence concernant les télé-alarmes

aide dépendance

Vous avez sûrement déjà entendu parler du dernier dispositif technique mis en place dans la sécurité des personnes âgées fragiles. Il s'agit d'un simple émetteur récepteur, qui peut prendre la forme d'une montre, d'un collier ou d'une broche. Préconisé notamment dans le cas des personnes âgées isolées ou dans le cas de personnes fortement dépendantes, la télé-alarme s'adapte même à une personne en début d'Alzheimer. Et peut dans certains cas donner lieu à une indemnisation de l'APA (Allocation Personnalisée d'Autonomie) ou à une déduction fiscale. Le service coûte en lui-même entre 10 et 20 euros par mois selon les prestataires.

Le principe est très simple, l'appareil dispose d'un unique bouton-poussoir, que la personne peut activer si elle se sent défaillir ou chute dans ses escaliers par exemple. Elle peut appeler à l'aide d'une simple pression, sans avoir à aller chercher son téléphone. A ce moment, un contact est établi avec un responsable en centre d'appel. Il se renseigne sur la personne, la situation et établit sa gravité. Il a alors deux choix, soit contacter des proches soit appeler les urgences pour une prise en charge rapide. La communication se fait comme avec un interphone, chacun son tour grâce à un système de commutateurs disponibles au centre d'appel. Ce qui permet notamment de limiter l'émetteur à un simple bouton.

Il faut savoir que si la personne ne répond pas, un service d'urgences est immédiatement envoyé à son domicile. Sachez en outre que le centre d'appel n'a pas le droit d'utiliser l'appareil pour contacter une personne qui ne répondrait pas au téléphone si celle-ci n'a pas activé son bouton poussoir. Fort pratique pour les personnes fragiles ayant un risque à rester chez elle, l'appareil permet une certaine autonomie à l'intérieur de leur domicile. Sachez tout de même que les informations sont transmises via un boîtier qui doit être constamment branché sur une prise 220 volts. Pas facilement déplaçable donc.

Cependant, la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) invite à la prudence face à l'augmentation de la demande. En effet, selon certaines études, elle a remarqué que bien souvent la présence du boitier diminuait la présence humaine autour de la personne âgée. Or ces technologies ne sont pas infaillibles et ne connaissent en rien la situation médicale ou émotionnelle de la personne. La CNIL parlait alors d' "une tendance en faveur de la substitution de réponses technologiques aux comportements humains de vigilance".

En effet l'organisme propose notamment de demander son avis impérativement au malade avant de l'équiper. Mais aussi de pouvoir allumer et éteindre facilement l'appareil pour garder une certaine dimension de vie privée et/ou de vie intime. Elle annonce aussi soutenir l'idée de base du dispositif, même si sa mise en place doit être beaucoup plus encadrée pour ne pas mettre en péril la dignité des personnes. La CNIL invite à beaucoup de prudence concernant ces télé-alarmes et insiste surtout sur le fait qu'ils ne dispensent pas d'une surveillance humaine et des visites régulières au domicile de la personne.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (686 avis clients sur Avis-Vérifiés)