Souscrire à une assurance vie consiste à déposer un fond d'épargne en une ou plusieurs fois et le faire fructifier grâce aux intérêts et à un cadre fiscal avantageux, afin que les bénéficiaires désignés puissent récupérer cette épargne en cas de décès. L'assuré peut récupérer tout ou partie du capital, et ce à tout moment. Mais même dans le cas d'une assurance-vie sur fonds en euros, censée garantir la sécurité du capital investi, les taux peuvent connaitre des disparités.

En 2012, le taux des contrats d'assurance vie sur fonds en euros sécurisés se situait entre 2,05 et 3,95 %, soit une moyenne de 2,88 %. Cet écart important entre le taux le plus bas et le plus élevé est dû à plusieurs facteurs survenus ces dernières années. Tout d'abord, tous les clients ne bénéficient pas du même taux.


Les souscripteurs ayant les plus gros encours (placements en actions, immobilier…) se voient souvent proposer des « bonus » qui leur font profiter d'un taux supérieur. Une autre raison marketing entre en compte : certains assureurs vie ont décidé de diminuer les taux des contrats les plus anciens, afin de pouvoir les augmenter sur les nouveaux contrats et ainsi d'attirer les nouveaux souscripteurs. En 2011, les taux avaient atteint 3%.

Cyrille Chartier-Kastier, le fondateur du cabinet Facts & Figures (F&F), a annoncé en tribune dans Le Monde du 7 octobre que le taux moyen de rendement 2013 des fonds en euros devrait s'élever à 2,6 %. Une baisse continuelle donc, et des écarts de taux toujours plus importants, qui passent du simple au double selon les contrats. « Les taux les plus bas servis devraient casser la barre des 2 % en 2013, tandis que les meilleurs continueront à tutoyer les 4 % », a-t-il prévenu.