« Inverser la courbe du chômage », c'est sans aucun doute l'une des expressions que l'on aura le plus entendues cette année. L'Insee, le Fonds monétaire international (FMI) ou l'Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) ne croyaient pas à la promesse de François Hollande. Qu'en est-il aujourd'hui ? Le Président français a-t-il réussi son pari ?

Les données du mois d'Octobre étaient plutôt de mauvais augure puisque l'on comptait 3,27 millions de chômeurs, un chiffre proche du record absolu (3,29 millions), atteint en avril 2011.

C'est aujourd'hui à 18h que les chiffres officiels des demandeurs d'emploi du mois de novembre seront publiés. Et autant dire que le gouvernement joue gros. En ces temps où son taux de popularité n'a jamais été aussi faible, le président voit en cette journée l'occasion de prouver que les différentes mesures d'accompagnement (notamment le crédit compétitivité) et les contrats aidés ont porté leurs fruits.

Le gouvernement affiche un optimisme de façade. David Assouline, porte-parole du Parti socialiste, a ainsi affirmé « Nous allons remporter ce défi. C'est un engagement ». Michel Sapin, le ministre du travail, émet un peu plus de réserve. « Il y aura certainement dans les mois qui viennent des moments avec un retour, des mois où ça repartira un peu à la hausse ». Au final, les chiffres de ce soir, quels qu'ils soient, auront assez peu d'incidence au niveau politique. L'objectif est plutôt d'instaurer une évolution positive sur le long terme et d'impacter sur l'opinion publique.

En pratique, il y a de fortes chances que l'inversion des courbes du chômage ne soit qu'une utopie. En effet, l'Insee prévoit une croissance à 0,2% au premier semestre 2014. Trop peu, d'après les économistes, pour que la baisse possible du chômage soit durable. Selon les prévisions, le taux de chômage devrait se stabiliser dans un premier temps et repartir à la hausse à la mi-2014.

Autant dire que l'annonce des vœux de François Hollande est fortement attendue. Il faudra attendre les données du mois de décembre le 27 janvier pour savoir si le président a relevé son pari !