Durant la nuit de lundi à mardi, la tempête Dirk a ébranlé les côtes de l'ouest de l'Europe. Elle a notamment emporté la vie de cinq habitants de la Grande Bretagne, avant de poursuivre sa route vers l'est. En France et plus précisément en Bretagne, elle est à l'origine de nombreuses inondations suite aux crues de plusieurs cours d'eau.

Plusieurs lignes ferroviaires étaient interrompues, plusieurs compagnies aériennes ont annulé leurs vols et c'est au final 145 000 foyers qui ont été privés d'électricité dans 17 départements français. Lors de son déplacement dans le Finistère, Manuel Valls a informé que les procédures de classement en catastrophe naturelle, "partout où les conditions sont réunies", seront validées "dans les plus brefs délais".


Les automatismes à avoir

Suite à une tempête comme celle-ci, où des dommages ont été causés à l'habitation ou au véhicule, il faut absolument relire son contrat d'assurance et les garanties qu'il propose mais aussi et surtout ne pas hésiter à contacter son assureur. Généralement, une assurance habitation indemnise les dommages consécutifs à une tempête et si ça n'est pas le cas, elle couvre probablement les dommages. Les souscripteurs d'une assurance dite de dommages (incendie, dégât des eaux, etc.) pour leur habitation, leur entreprise ou leur véhicule par exemple, bénéficient inéluctablement de la garantie catastrophes naturelles. Néanmoins, les véhicules qui sont assurés au tiers ne profitent pas de l'assurance catastrophe naturelle.

Par ailleurs, il arrive que des assureurs fournissent des prestations d'assistance afin de prendre des mesures d'urgence en cas de sinistre : remplacement immédiat du véhicule sinistré, remorquage gratuit, intervention de charpentiers ou de couvreurs, prise en charge de nuits d'hôtel... D'où l'utilité de bien relire son contrat d'assurance.

Pensez également à prendre des photos des dégâts, avec une bonne qualité d'image si possible et n'hésitez pas à en prendre un maximum. Les smartphones sont de nos jours largement suffisants pour cela. Ces dernières pourront constituer des preuves face à un assureur, par exemple. N'oubliez pas de les transmettre (en copie) avec la déclaration de sinistre.


La déclaration

Vous êtes maintenant prêt à rédiger la déclaration de votre sinistre. Tout d'abord, sachez que vous avez tout au plus 5 jours pour déclarer le sinistre une fois ce dernier constaté. Si la tempête a bien été désignée comme catastrophe naturelle, ce délai expirera dix jours après la publication de l'arrêté interministériel au Journal officiel. Mais sachez que plus vite le dossier est transmis, plus vite il est instruit et réglé.

La déclaration, qui peut être faite par lettre recommandée ou directement au cabinet, doit comporter un état estimatif des pertes, accompagné de tout document justificatif (photos comme expliqué plus haut, factures d'achat ou de réparation, expertise, acte notarié, etc.). Si possible, gardez les objets endommagés jusqu'au passage de l'expert. De plus, les véhicules ayant subi des dommages doivent également être conduits chez le garagiste pour expertise.

Le remboursement

Le remboursement des dégâts aux bâtiments est fondé sur la valeur de reconstruction. La prise en charge des montants des réparations par l'assureur est basée sur un devis qui sera validé par l'assureur lui-même et qui ne surpassera pas la valeur du bâtiment déclarée à la souscription du contrat. Concernant le mobilier, certains contrats présentent des remboursements en valeur à neuf alors que d'autres utilisent des coefficients de vétusté. Vérifiez ces points sur votre contrat ou simplement avec votre assureur.