Coût des intempéries en 2014 pour les assureurs : même combat qu'en 2013
un service de meilleurtaux.com

Coût des intempéries en 2014 pour les assureurs : même combat qu'en 2013

Les intempéries de l'été 2014

L'été bientôt consommé, nous pouvons nous réjouir de belles journées de soleil. Malheureusement, il y a eu aussi paradoxalement des pluies, des grêles, de gros orages, des crues et même des tornades… Les températures ont régulièrement oscillé entre chaud et froid, créant des vagues de rhinovirus et autres infections liées aux changements climatiques. Cet été tumultueux promet d'être aussi couteux que le dernier, puisqu'on prévoit 900 millions à un milliard d'euros de frais pour les assureurs.

En effet, il y a eu une nette augmentation de ces phénomènes climatiques et les dépenses s'alourdissent en conséquence. Déjà le mois de juin fut marqué par des dommages conséquents dont la facture s'élève à 115,4M€ rien que pour le week-end de la pentecôte, est reste le plus frappant en termes de dégâts matériels (122M€). Les vents violents, les orages et les tempêtes de grêle ont dévasté plus de terres, de vignes, de maisons, de routes et de lignes électriques qu'en 2013. En juillet, les pluies violentes et la foudre ont provoqué des crues sur un grand nombre de territoires français, gâchant les productions agricoles et privant des milliers de foyers d'électricité. A la fin du mois, Allianz France a recensé 16 000 sinistres (7 000 en habitation, et 9 000 en auto), dont 60% sont concentrés en région parisienne. Le compte final des dommages de juillet est d'environ 60M€. La Maif avait enregistré 49 158 dossiers tous confondus depuis la pentecôte, mais Covéa a cumulé les données des intempéries sur la période de juin à la mi-août et recense 60 000 dossiers auto et 65 000 dossiers habitation.


Le nombre de sinistres devrait donc dépasser les 400 000, ce qui est le nombre de dossiers enregistrés pour les intempéries de l'été 2013.

Bernard Spitz, président de la Fédération Française des Sociétés d'Assurance, soulignait cette recrudescence d'évènements climatiques : « en 2013, entre juin et août, cela avait déjà représenté un coût un peu supérieur à 800M€, alors que ce type de phénomène coûtait jusqu'alors entre 100 et 200M€ par an en moyenne ». Le montant total en 2014 qui devrait atteindre le milliard d'euros est donc largement supérieur à la normale, ce qui démontre sans équivoque les risques et les coûts que peuvent représenter les changements climatiques de ces dernières années. Pour cette année en tout cas, depuis le 1er janvier 2014, les sinistres de catastrophes naturelles représentent une charge globale de 143,4M€.

Dans cette continuité, la première moitié du mois d'août n'a pas été paisible au niveau météorologique, et des orages ont de nouveau frappé notre pays, particulièrement les 09 et 10 août, créant inondations et dégâts divers. Ces évènements, supposés être exceptionnels ont amené récemment à se poser de nombreuses questions comme : la grêle est-elle à présent une catastrophe naturelle ? Et au vu des derniers mois, elle ne l'est pas encore mais pourrait le devenir…


Une nouvelle procédure aurait été mise en place pour les « évènements de nature exceptionnelle » dans une circulaire du 23 juin 2014, que le ministre de l'Intérieur, les ministres des Finances et le Conseil des ministres ont signée, qui permettraient d'accélérer les choses en termes d'indemnisation des victimes, et dont ont déjà bénéficié 102 communes des Pyrénées-Atlantiques ayant subi des évènements climatiques début juillet. Beaucoup de textes sont parus au Journal Officiel et les arrêtés ministériels s'enchainent (nous en sommes déjà à 19).

La multiplication des phénomènes climatiques a d'ailleurs poussé Multiassistance, le groupe espagnol spécialiste de la REN (Réparation En Nature) à offrir un nouveau service « cat' nat' » et à expérimenter leur « plan tempête » qui consiste à répondre à la pénurie de vitriers et de couvreurs en urgence, en faisant appel à leur réseau. Ce service leur a permis de « multiplier par 10 le nombre de missions traitées », ce qui a amené trois autres compagnies à s'intéresser et à tester le concept : Allianz France, Pacifica, et BPCE assurances.

La mauvaise nouvelle à retenir, c'est que, pour rééquilibrer les comptes, les assurances habitation vont probablement augmenter en 2015. C'est peut-être pour les français le moment de mettre de côté pour des travaux et frais éventuels

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (515 avis clients sur Avis-Vérifiés)