L’UFC-Que Choisir dénonce les abus des pompes funèbres
un service de meilleurtaux.com

L’UFC-Que Choisir dénonce les abus des pompes funèbres

L'UFC-Que-Choisir dénonce les coûts élevés des obsèques

En France, lorsque quelqu'un décède, ses proches sont mal informés sur les tarifs détaillés des prestations funéraires, et déboursent une petite fortune pour organiser ses obsèques. C'est ce que dénonce aujourd'hui l'association UFC-Que Choisir. Aux mois de mai et juin, l'association de consommateurs a mandaté des enquêteurs anonymes dans 818 commerces funéraires. « Le prix total des obsèques, hors caveau et concession, s'établit à 3350 euros en moyenne contre 3098 en 2011, soit une augmentation de 8,18 %, plus du double de l'inflation sur la période » a observé l'association.

Les tarifs

Cette augmentation s'expliquerait d'abord par l'augmentation de la main d'œuvre, plus conséquente que celle de l'inflation, selon François Michaud-Nérard, directeur général des Services funéraires de Paris. Il précise que « 40 à 50 % des charges des entreprises de pompes funèbres sont de la main-d'œuvre ».


Par ailleurs, il y a d'énormes différences de tarifs d'un opérateur à l'autre. Selon l'UFC-Que choisir, ils peuvent varier de 1 347 euros à plus de 6 649 euros. La cause ? L'association de consommateurs explique « ce grand écart tarifaire est dû non seulement à un florilège de prestations +non obligatoires+ mais aussi à des opérations aux prix disproportionnés ». Les démarches administratives sont prises en charge pour un montant allant de 40 à 482 euros, et les soins de conservation sont taxés entre 53 et 534 euros.

» Comparez les contrats obsèques pour en connaitre les tarifs

La concurrence

De plus, la concurrence est faible. En effet, une famille en deuil va rarement réaliser plusieurs devis. Et même si elles le faisaient, il semble que « certaines entreprises cherchent à recréer des monopoles, ce qui fausse la concurrence » affirme aussi François Michaud-Nérard. Un client pourrait donc aller dans une autre boutique et toujours s'adresser au même groupe.

La crémation

L'association de consommateurs constate également que la crémation, contrairement aux idées reçues, n'est pas plus économique que l'inhumation. Les devis d'incinération s'élèvent à un coût moyen de 3 609 euros, soit 8% plus cher que l'inhumation. En outre, elle n'est pas plus écologique non plus. En effet, des études ont été faites sur les crématoriums, qui devront d'ici 2018 s'équiper de systèmes de filtration des polluants. Car l'incinération rejette du mercure, venant des prothèses dentaires notamment, qui représente jusqu'à 5% des rejets de mercure en France (le mercure pollue aussi les sols et les nappes phréatiques). Car la crémation connait un gros succès dans l'hexagone, avec un tiers des obsèques faites au crématorium en 2013. La crémation rejette aussi ce que contient notre corps, dont du dioxyde de soufre, de l'acide chlorhydrique, du monoxyde de carbone et des oxydes d'azote. La mise en conformité des crématoriums créera aussi une nouvelle hausse progressive des tarifs sur 5 ans, soit par exemple 114 euros d'augmentation au total à Champigny-sur-Marne, ce qui représente 2% du coût des obsèques. François Michaud-Nérard assure que l'impact sera faible.


Les à-côtés

Le reste, ce sont les prestations « non obligatoires ». Et les Français sont de plus en plus demandeurs de ces services. « Nous sommes devenus des maîtres de cérémonie alors que nous étions des vendeurs de cercueils », constate Jean Ruellan, directeur du marketing d'OFG (premier groupe funéraire français).

En 2010 est entré en vigueur un arrêté qui fixe un modèle de devis obligatoire aux prestataires. Malgré tout, l'UFC-Que Choisir a remarqué que beaucoup de particuliers restaient mal informés quant au coût des prestations. Cela tient peut-être à l'état de fragilité dans lequel sont les endeuillés pendant ces démarches, et il est certain que beaucoup d'entreprises de pompes funèbres en profitent allègrement.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (515 avis clients sur Avis-Vérifiés)