La mortalité routière poursuit sa hausse en mars
un service de meilleurtaux.com

La mortalité routière poursuit sa hausse en mars

Hausse mortalité routière mars 2016

Alors que l'année 2016 avait commencé avec des chiffres encourageants pour le mois de janvier, la tendance s'est vite retournée au mois de février en terme de sécurité routière. Pour le mois de mars 2016, les mauvais chiffres se confirment avec une mortalité routière en hausse. Ces hausses inquiètent d'autant plus que les nouvelles dispositions semblent n'avoir aucun impact...

Une tendance de plus en plus inquiétante

Le mois de mars 2016 vient confirmer une inquiétante tendance à la hausse de la mortalité routière. Avec 257 morts sur les routes françaises sur le troisième mois de l'année, c'est une hausse de 14,2% de la mortalité par rapport au même mois de l'année 2015 selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière.


Sur les trois premiers mois de l'année, le nombre de morts sur les routes françaises a augmenté de 3,3% par rapport à 2015 avec un mois de janvier 2016 clément (-10,7%) et les mois de février (+8,4%) et mars (+14,2%) très meurtriers.

Cette tendance se confirme depuis 2014 quand la mortalité routière repartait à la hausse après 12 années consécutives à la baisse. Le nombre de morts sur les routes avait poursuit sa hausse en 2015 avec une augmentation de 2,4%. Ces chiffres inquiètent les associations de sécurité routière comme Prévention routière par la voix d'Anne Lavaud : « L'augmentation semble même s'accentuer : sur 12 mois glissants, on est à 3% de hausse alors que l'année 2015 était à 2,4% ».

Dans le même temps, les nombres d'accidents corporels (+4,1%), de personnes blessées (+5,4%) et de personnes hospitalisées (+5,3%) ont tous progressé sur le mois de mars 2016 et cela ne rassure pas Pierre Chasseray de l'association 40 millions d'automobilistes : « Ce qui est inquiétant, c'est qu'on devait être en train d'amorcer une baisse et que tous les indicateurs sont en hausse ».

Des mesures inefficaces

L'objectif des autorités en matière de sécurité routière est de passer en dessous des 2000 décès sur les routes d'ici à l'année 2020. Pour le tenir, le gouvernement avait annoncé 26 mesures en janvier 2015 puis 22 autres en octobre de la même année qui visent particulièrement l'alcoolémie au volant et la vitesse avec de nouveaux radars.


La Sécurité routière a rappelé également par un communiqué de presse en date du 15 avril 2016 qu'une circulaire datant du 31 mars 2016 demande aux préfets « d'accentuer les contrôles routiers et de solliciter la mobilisation des maires pour que les polices municipales viennent renforcer l'action des forces de l'ordre ».

Les autorités ont annoncé plus récemment que les contrôles de vitesse grâce aux radars embarqués seraient délégués à des sociétés privées afin de les multiplier par trois. Cette disposition sera expérimentée à la fin de l'été pour une généralisation prévue d'ici 2017.

Pourtant, selon Pierre Chasseray, « on empile les mesures répressives mais sans efficacité, ce n'est pas normal » soulignant par la même occasion une présence de plus en plus forte des stupéfiants dans les accidents mortels et un mauvais entretien des routes. Pour certains experts, il faudrait abaisser la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, ce qui permettrait de sauver 400 vies chaque année. Le constat est global du côté des associations : « il y a un problème ».

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (515 avis clients sur Avis-Vérifiés)

Besoin d'un crédit auto ?

500 €

75 000 €