Les motards montent au créneau contre le futur contrôle technique
un service de meilleurtaux.com

Les motards montent au créneau contre le futur contrôle technique

Manifestation motos contrôle technique

Le weekend dernier, partout en France, les motard manifestaient contre la décision du gouvernement d'instaurer un contrôle technique pour les deux et trois roues dans certaines situations. Pour les manifestants, cette obligation n'a aucun intérêt alors que le gouvernement en fait son cheval de bataille pour la sécurité routière. Explications.

Pourquoi un contrôle technique pour les motos ?

Le 2 octobre 2015, au sortir du Conseil Interministériel de Sécurité Routière (CISR), Manuel Valls, Premier Ministre du gouvernement, annonçait vouloir mettre en place un contrôle technique lors de la vente des véhicules motorisés à deux ou trois roues d'occasion.

Cette décision serait obligatoire d'ici la fin de l'année 2017 et imposerait aux propriétaires des deux et trois roues motorisés de plus de deux ans de faire contrôler par des sociétés certifiées par les autorités les normes anti-pollution et certains points de sécurité tels que les freins, les éléments d'éclairage, un débridage éventuel, etc.


Pour justifier cette future obligation, la Sécurité routière avance que les contrôles effectués par les forces de l'ordre révèlent de nombreux points de sécurité défaillants sur les deux-roues comme les pneus usagés, des rétroviseurs absents, des éclairages défectueux ou des débridages illégaux.

Pour Emmanuel Barbe, délégué à la Sécurité routière, « le contrôle technique a été instauré en 1992 pour les voitures, alors qu'elles ont quatre roues et une carrosserie. On ne peut plus détourner le regard de la question des motos ». Pour lui, le contrôle technique pour les motos sonne comme « une évidence » puisque les motards « représentent 22% des tués sur les routes et 43% des blessés graves alors qu'ils ne représentent que 2% du trafic ».

Des rapports qui vont dans le sens des associations de motards

Les arguments avancés par les autorités ne tiennent pas la route selon les associations de motards comme le souligne Nathanaël Gagnaire, délégué général de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) : « On nous dit que ça améliorera la sécurité des motards, c'est faux, et que ça protégera les consommateurs, c'est faux également. C'est un mensonge qui profitera uniquement aux entreprises de contrôle technique ».

Le Conseil National de Sécurité Routière (CNSR) n'avait pas préconisé cette mesure dans ses recommandations. Le rapport Maids démontre également que l'état du véhicule, en l'occurrence les motos, n'est en cause que dans 0,3% des accidents et la Confédération Française des Experts Automobiles (CFEA) n'a constaté aucun défaut sur les éléments de sécurité de plus de 4 500 véhicules accidentés.


Si l'on compare avec nos pays voisins, là encore cette mesure n'a pas de réels impacts. « La Belgique l'a expérimentée et l'a retirée car il n'y avait pas de gains en termes d'accidentalité » souligne la FFMC. Depuis 2000, la mortalité des motards a baissé de 38% en France et 31% en Allemagne alors que le contrôle technique est imposé outre-Rhin.

Pour l'ensemble des associations de motards, la crainte principale est que ce contrôle technique soit imposé périodiquement comme pour les automobiles pour des factures de 50 à 70 euros qui, selon eux, profiteraient uniquement aux sociétés de contrôle avec un marché estimé à 100 millions d'euros. Le bras de fer est lancé et les motards devraient réitérer leurs actions dans les semaines à venir.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (515 avis clients sur Avis-Vérifiés)