Français boudent ordonnances

Une nouvelle étude vient de paraître et a été menée sur un million de patients atteints de diabète, d'asthme et d'hypertension artérielle. Le but était de répondre à cette question : pourquoi les malades ne prennent pas toujours leurs médicaments ?

Des moments de fragilité

« Cette seconde étude était destinée à trouver les facteurs qui expliquent la mauvaise observance entre pathologies et patients » précise Claude Le Pen, économiste de la santé. Le résultat de cette étude prouve qu'il existe des moments de fragilité chez le patient. Toujours d'après Claude Le Pen : « Le verdict, c'est qu'il y a des moments de fragilité quand on souffre de pathologies chroniques. Des moments où l'on sait qu'on est malade, mais on a du mal à suivre le traitement ».


Les moments de fragilité arrivent à deux occasions distinctes : « Quand on vous annonce que vous aurez à suivre un traitement de médicaments toute votre vie, il y a un temps de latence. Là, l'observance est faible » souligne alors l'économiste de la santé. Le second acte arrive à l'occasion d'un changement de traitement : « Le deuxième moment, poursuit Mr Le Pen, c'est quand on change de traitement parce que celui-ci ne marche pas ou qu'il a des effets secondaires. Tout changement de traitement est aussi un moment de fragilité, on voit des chutes d'observance à ces moments » explique-t-il.

Nous voyons ainsi pourquoi les Français peuvent parfois être réticents quant à la prise de certains traitements, ce qui pourrait paraître étonnant, mais est finalement bien plus courant que l'on ne pense.