Très peu de Français détiennent une assurance santé animale
un service de meilleurtaux.com

Très peu de Français détiennent une assurance santé animale

Selon une enquête réalisée par Ipsos pour SantéVet, mutuelle santé pour chiens et chats, la quasi-totalité des propriétaires aurait connaissance de l’existence d’assurances spécialisées pour leur compagnon à quatre pattes. Pourtant, ils sont moins de 33 % à trouver une utilité à une telle couverture.

Français assurance santé animale

Très faible pourcentage de Français détenteurs d’une assurance animaux

Le budget que les Français consacrent annuellement aux soins de leur chien s’élève à 211 euros, tandis que les propriétaires de chat dépensent chaque année 166 euros chez le vétérinaire. Quant au plus gros montant qu’il leur a été donné de payer pour ce type de prestations, il atteint 251 euros en moyenne pour les propriétaires de chien et un peu moins (217 euros) pour les propriétaires de chat.

Paradoxalement, seuls 7 % et 3 % respectivement d’entre eux ont pensé à souscrire une assurance animaux. En comparaison, outre-Manche, d’après les chiffres de l’Association of British Insurers, 30 % des propriétaires de chien et 15 % des propriétaires de chat sont couverts pour les éventuels ennuis de santé de leur animal de compagnie.

Sans doute du fait du poids des soins vétérinaires sur les finances familiales, les Français se fixent une limite. Pour s’éviter une dépense supérieure à 1000 euros, 19 % des propriétaires de chat et 9 % de propriétaires de chat pourraient opter pour l’euthanasie.

Droit limité à la présence d’un animal dans les entreprises françaises

Afin d’offrir à leur animal la meilleure qualité de soins possible, plus de la majorité des propriétaires se dit favorable à un service vétérinaire accessible jour et nuit ou par une clinique spécialisée ouverte sans interruption.

Parmi les résultats du sondage, on note également que le quart des propriétaires ont exprimé le souhait d’emmener leur petit compagnon sur leur lieu de travail. Malheureusement, seuls 12 % d’entre eux y sont autorisés tandis que 78 % évoquent une interdiction par leur employeur. Enfin, 10 % n’ont aucune idée de la politique de leur entreprise concernant la présence d’animaux de compagnie dans ses locaux.