Le bouton d'urgence eCall des voitures est au profit des assureurs
un service de meilleurtaux.com

Le bouton d'urgence eCall des voitures est au profit des assureurs

Le gouvernement annonce l’obligation d’équiper chaque voiture de toute l’Union Européenne d’un bouton d’appel d’urgence en cas d’accident. Cet équipement est similaire à certains proposés en option chez des constructeurs automobiles. Différents secteurs sont en implication dans le fonctionnement de ce service. Toutefois, les profits de cette fonctionnalité se tournent principalement vers les assureurs inquiétant ainsi les usagers.

Un nouveau bouton d'appel d'urgence baptisé eCall devra être présent dans les nouveaux modèles de voiture à partir du 31 mars. Les acteurs pour le fonctionnement de ce nouveau dispositif sont les constructeurs automobiles, assureurs et opérateurs téléphoniques en termes de dépenses. Pour l'instant, aucun frais important n'est imposé aux clients pour ce supplément de service.

Selon les projections de la Commission européenne, il faudra attendre 2035 pour que toutes les voitures en soient équipées puisque seules les nouvelles constructions après le 31 mars sont concernées. Ce nouveau dispositif disponible également en mode manuel permet de réaliser automatiquement la transmission des données, en particulier de géolocalisation, et de contacter un opérateur en cas d'accident.


Dans le cadre administratif, il est gratuit pour les automobilistes tandis que les dépenses sont partagées par différents acteurs, qui impliquent d'éventuelles charges notamment concernant les usagers.

L'usage de l'eCall implique certaines charges aux constructeurs et aux opérateurs téléphoniques

Le coût de la mise en place de cette nouvelle fonctionnalité est pris en charge par les constructeurs automobiles. Selon un connaisseur, le montant s'élève entre 150 à 200 euros par véhicule. Une éventuelle dépense à anticiper pour l'achat d'une nouvelle voiture. Cependant, le surcoût représente une partie négligeable du prix (par exemple, jusqu'à 2% pour un modèle vendu 10.000 euros).

Des marques comme Peugeot en ont déjà équipé leurs véhicules et l'ont proposé en option (290 euros pour la marque Peugeot). Pour ce groupe, il suffira d'y apporter une légère mise à jour pour les nouvelles voitures.

En outre, les opérateurs ne sont pas exonérés des charges pour cette fonctionnalité désormais obligatoire pour tout véhicule. La durée de l'appel en cas d'accident n'est pas facturée, en tout cas au compte des usagers.

Ce bouton d'urgence s'annonce avantageux pour les assureurs

Les appels suite à l'activation du bouton seront assurés par une plateforme spécialement désignée à cette tâche. Les assureurs prennent en charge le coût de ce service.


Pour les 7 premières années, le Syndicat national des sociétés d'assistance (SNSA) assurera ce service selon les directives du gouvernement qui gère depuis un certain temps les services de SOS “privés” mis en place par les constructeurs comme PSA.

Avec ce nouveau dispositif, les assureurs sont plus proches des automobilistes. D'après le SNSA, l'estimation d'intervention des services d'urgence en cas d'activation de la fonctionnalité eCall est à une fois sur dix. Dans le cas inverse, ce sont les services d'assistance des assureurs qui prennent le relais.

Enfin, les charges supplémentaires des consommateurs face à ce dispositif sont estimées à quelques centimes d'euro par an et par police d'assurance. Cette somme sera ajoutée au prix assurance voiture généralement d'un montant de plusieurs centaines d'euros en une année. Dans le cas où l'augmentation est de 5 centimes, pour une cotisation de 400 euros, le coût de ce service représentera 0,01% de la somme totale pour le prix d'assurance auto. Le risque est de constater une hausse de cette somme en fonction du succès du service eCall.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (529 avis clients sur Avis-Vérifiés)

Besoin d'un crédit auto ?

500 €

75 000 €