Amélioration sécurité routière mesures prioritaires Français

Priorité à une formation complémentaire à la conduite

Pour les sondés, l'amélioration de la formation et un meilleur suivi des automobilistes sont les plus urgents. Parmi les 5 mesures portant sur cet aspect, la création d'un stage gratuit de conduite sous des conditions climatiques extrêmes recueille 85 % des suffrages. Il devance d'un petit point l'obligation d'un examen médical pour les conducteurs de plus de 65 ans et de trois points la mise à niveau pour les anciens détenteurs du permis.

Le cas des jeunes préoccupe les participants à l'enquête tout autant que celui des seniors. 70 % d'entre eux plébiscitent ainsi l'augmentation du nombre d'heures de formation sur la sécurité routière à l'école. En outre, 61 % souhaitent une formation complémentaire pour les jeunes conducteurs pour combler la carence actuelle en la matière. Certains assureurs proposent déjà des stages de perfectionnement qui permettent une réduction de la prime d'assurance des jeunes conducteurs.


Amélioration d'un réseau routier en état de délabrement

92 % des répondants demandent la rénovation du réseau routier et des infrastructures, avec pour 89 %, davantage de rambardes de sécurité à l'intention des motards. 69 % de sondés veulent en outre une extension des pistes cyclables. Enfin, 72 % des Français préconisent l'installation de feux dotés d'un compte à rebours pour augmenter leur visibilité, aussi bien pour les piétons que les conducteurs.

Concernant la vitesse, 55 % des personnes interrogées aimeraient que certains tronçons d'autoroutes ne soient pas soumis à une limitation de vitesse. Ce qui explique certainement le « flop » des mesures répressives du gouvernement, notamment les 80 km/h sur route. De même, 59 % préfèreraient moins de radars fixes et plus de contrôles physiques.

Sévérité réclamée pour les contrevenants

67 % des automobilistes sont d'accord avec la suspension du permis pour les personnes coupables d'une infraction et en même temps, utilisent leur portable au volant. 65 % approuvent la mise en place d'un obligatoire éthylotest antidémarrage (EAD) sur tous les véhicules. Enfin, plus de la moitié des sondés (52 %) prône la tolérance zéro pour l'alcool.