Une hausse nette qui s'est fait sentir

Les assureurs ont annoncé l'année dernière une hausse des tarifs de leurs contrats d'assurance auto en 2018. Cependant, les consommateurs ne s'attendaient pas à ce qu'elle soit si brutale.

Face aux interrogations des clients sur la légalité d'une telle démarche, les compagnies tentent de se justifier, en avançant plusieurs raisons, notamment :

  • la stabilité des prix au cours des dernières années ;
  • l'évolution du secteur automobile, avec tous les risques que cela implique.

Toujours selon les assureurs, les prix continueront à grimper au cours des prochains mois.

Des risques toujours plus diversifiés

Les sources de dangers de plus de plus nombreuses et diverses expliquent également cette hausse :

  • le comportement parfois irresponsable des conducteurs : téléphone au volant, inattention, conduite en état d'ébriété ou sous l'influence de drogues, etc.
  • les catastrophes naturelles et les incidents accidentels : tempêtes, inondations, court-circuit électrique, foudre, etc.
  • le terrorisme et les attentats, etc.

Sans oublier que l'augmentation de la taxe prélevée sur l'assurance automobile destinée à l'indemnisation des victimes est aussi répercutée sur le tarif.


Les autres raisons de la hausse

L'adoption de la loi Hamon qui permet de changer d'assureur à la date d'anniversaire du contrat a aiguisé la concurrence entre les prestataires, et limité la rentabilité des assurances auto. Les compagnies se rattrapent alors sur les tarifs de souscription.

Enfin, le coût des réparations a augmenté considérablement, notamment le prix des pièces de rechange et de la main-d'œuvre. Les voitures modernes sont en effet de plus en plus sophistiquées et dotées de toutes sortes de technologies qui nécessitent les compétences et le savoir-faire de techniciens confirmés. Les indemnisations étant souvent élevées, les surcoûts sont récupérés sur les prix du contrat.