La Californie teste les premières plaques d’immatriculation numériques

Remplaceront-elles les plaques d'immatriculation classiques ?

Pour l'instant, pour les besoins du projet pilote, seuls 116 véhicules seront équipés d'une plaque d'immatriculation numérique en Californie. La période d'essai permettra de déterminer si elle pourra faire l'objet d'une norme ou si elle demeurera une option.

Ce projet sera également lancé en Floride, au Texas et en Arizona dans quelques mois. L'étude des avantages et des inconvénients de ces équipements durera jusqu'en 2020.

Pour le moment, les plaques digitales ne sont autorisées qu'à l'arrière de la voiture, ce qui implique la nécessité d'installer une plaque classique à l'avant.

Les fonctionnalités de ces nouvelles plaques ne semblent pas être source de problèmes majeurs, d'autant plus qu'elles permettent d'enregistrer les véhicules automatiquement, évitant ainsi d'avoir à coller un macaron sur la plaque d'immatriculation tous les ans.


La question de la connectivité et, dans la foulée, celle de la sécurité des données personnelles du propriétaire reste en revanche la principale source d'interrogation.

Une technologie qui coûte assez cher

Fabriquées par Reviver Auto, ces plaques d'immatriculation numériques sont équipées d'un microprocesseur, de batteries, et d'un dispositif de communication sans fil. Elles peuvent être customisées selon les besoins et les envies des propriétaires. Des messages personnalisés peuvent même être affichés dessus.

Les plaques digitales sont disponibles auprès des concessionnaires pour 699 dollars. En plus de leur prix d'achat, ceux qui souhaitent les adopter devront également prévoir 7 dollars d'abonnement mensuel et les frais d'installation.

Tout cela s'ajoutera donc aux habituelles dépenses relatives à la possession d'un véhicule à savoir, l'assurance auto, l'entretien, le contrôle technique, etc. L'assurance pourrait d'ailleurs être chère compte tenu de toutes les technologies embarquées sur les modèles de voitures actuelles, et à venir.