La limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes nationales est entrée en vigueur
un service de meilleurtaux.com

La limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes nationales est entrée en vigueur

Le gouvernement n’a pas fléchi face aux nombreux détracteurs et aux divers mouvements de contestation. La nouvelle limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires sans séparation de voies est donc appliquée depuis le 1er juillet. L’objectif affiché du Premier ministre Édouard Philippe et d’Emmanuel Macron est de faire baisser encore plus le nombre d’accidents mortels.

La limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes nationales est entrée en vigueur

Une mesure fortement impopulaire

Malgré les campagnes de communication menées par le gouvernement, la majorité des Français n'est pas en accord avec cette mesure. Beaucoup déplorent le fait que cela va juste augmenter la fréquence des excès de vitesse et par conséquent le malus auto des conducteurs. Les maires, les élus des régions et même de nombreux parlementaires ont contesté cette disposition, mais en vain.

Le gouvernement a choisi de ne pas tenir compte de l'opinion publique, comme pour la plupart des réformes qu'il a engagées depuis quelque temps. Le discours par rapport à cette modification est resté identique depuis le mois de janvier, c'est-à-dire la réduction du nombre de tués sur les routes. Les estimations des experts tablent sur une diminution de 400 cas par an.


La contestation demeure

C'est dans les zones rurales que la contestation est la plus vive. En effet, c'est dans ces endroits que se trouve la majorité des routes concernées. Malgré tout, la plupart des élus locaux se sont pliés à la nouvelle règlementation et ont fait installer les panneaux. Cependant, il subsiste quelques résistants, comme en Creuse et en Indre-et-Loire qui ont annoncé qu'ils refuseront de les mettre en place.

Trois recours ont même été déposés contre cette mesure devant le Conseil d'État, mais cela ne devrait pas aboutir, car le chef du gouvernement joue la fermeté. De plus, le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, a rappelé que : « les élus contrevenants allaient faire courir le risque aux conducteurs de se faire pénaliser par des amendes conséquentes », mais cela n'a visiblement pas empêché la Corrèze de s'y opposer.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (529 avis clients sur Avis-Vérifiés)

Besoin d'un crédit auto ?

500 €

75 000 €