Vers une googlisation des véhicules Renault
un service de meilleurtaux.com

Vers une googlisation des véhicules Renault

Un des plus anciens constructeurs automobiles a conclu un accord avec le géant du Web Google, au détriment du moteur de recherche basé en Hexagone. Éric Léandri n’a pas manqué d’afficher sa déception. Selon le cofondateur de Qwant, le secteur de l’automobile français pourrait s’affaiblir, de la même manière que la compagnie International Business Machines (IBM) a progressivement faibli face à la montée en force de l’entreprise de Bill Gates.

Vers une googlisation des véhicules Renault

Encore une fois, Google confirme son hégémonie en signant un accord avec le patron de Renault. En connectant leur smartphone à la voiture, les conducteurs pourront bientôt consulter leur répertoire téléphonique sur la planche de bord, grâce notamment à l’interface Android Auto. Il y sera également possible d’écouter de la musique sur YouTube Music, sans oublier la recherche d’adresses avec Google Maps.

Cette décision de l’industriel français déclenche le mécontentement de l’instigateur de Qwant. Ce dernier reproche au dirigeant de la société d’automobile de confier ses données à une société hors de l’Europe. Il met également Renault en garde, car selon lui, Google serait capable d’exploiter les données personnelles de leurs partenaires et de leurs clients à leur insu.


Le moteur de recherche français crie au scandale

Qwant tente, tant bien que mal, de se faire une place dans le secteur de l’industrie automobile, à l’exemple de la compagnie fondée par Larry Page. Il compte d’ailleurs honorer de sa présence le Mondial de l’automobile, qui se déroulera dans la capitale française.

Comme Google, il propose des services de cartographie. Il a également mis en place une version française de Google Music. Mais la concurrence est rude. Plutôt que de s’orienter vers son compatriote pour équiper ses voitures connectées, Renault a conclu un partenariat avec la société américaine de services technologiques.

Un business model contraire aux valeurs prônées par Qwant

Dépassement des limites de vitesse, manque de vigilance au volant... ces données pourront être un jour exploitées par Google, avance Éric Léandri. Mais pas seulement. Les informations amassées par le géant américain pourraient être revendues à destination des sociétés d’assurance. Le prix de l’assurance tous risques pourrait donc en dépendre.

Si les voitures autonomes sont toutes munies d’un dispositif de la marque Google, l’opportunité peut se présenter pour le géant de la Silicon Valley de proposer directement des contrats d’assurance.

Le même destin que la multinationale IBM ?

En confiant le développement de son système d’exploitation à Bill Gates, IBM a échoué dans son projet. Microsoft devance le colosse américain en commercialisant des ordinateurs domestiques avec unité centrale.

Une fois les données transmises à Google, le constructeur français pourrait connaître le même sort que le poids lourd de l’informatique à l’échelle internationale.

Selon Éric Léandri, Google aurait pu s’allier à plusieurs sociétés implantées dans l’Union européenne, de manière à renforcer l’influence des industriels du Vieux continent. Par exemple, les géants allemands de l’industrie automobile ont fait l’acquisition de l’entreprise de télécommunications finlandaise Nokia, dans la course à la cartographie.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (515 avis clients sur Avis-Vérifiés)

Besoin d'un crédit auto ?

500 €

75 000 €