La salive des chiens et des chats serait mortelle pour l’Homme
un service de meilleurtaux.com

La salive des chiens et des chats serait mortelle pour l’Homme

Les chiens et les chats sont les animaux de compagnie par excellence. On les retrouve de plus en plus dans les ménages français. Une étude a pourtant récemment publié qu’ils seraient à la source de certains micro organismes, nocifs pour l’Homme. La plus dangereuse serait une bactérie contenue dans leur salive.

La salive des chiens et des chats serait mortelle pour l’Homme

Les animaux de compagnie ont de plus en plus la cote ces dernières années. Pourtant, en avoir chez soi peut représenter certains risques pour la santé. Après plusieurs sensibilisations concernant les poils de ces bêtes, les scientifiques alertent aujourd'hui la population sur la présence d'une bactérie mortelle pour l'homme dans la salive des chiens et des chats.

Cette infection a été découverte depuis quelque temps déjà. Par contre, les chercheurs n'ont pas réussi à délimiter précisément la cause de la maladie.

Jusqu'à l'année dernière, certains ont déclaré que seuls les patients, victime d'un système immunitaire affaibli peuvent être atteints. Or, d'autres cas de décès ont été répertoriés, toujours à cause de cet être vivant microscopique.


La Capnocytophaga canimorsus, une bactérie mortelle pour l'Homme

Avoir des chats et des chiens chez soi peut très vite entraîner des maladies et des infections, pour leur propriétaire. Dans les détails, la salive de ces animaux contient une bactérie appelée Capnocytophaga canimorsus, qui est à l'origine de diverses infections, qui sont mortelles pour l'Homme. Elle est présente dans 75% de la salive canine et 57% dans celle des chats.

Les chercheurs ont d'abord cru que seules les personnes ayant un système immunitaire déjà affaibli peuvent être infectées. Par exemple, les sujets atteints de diabète, de cancer ou du sida.

Une étude de l'Université de Brest, dans le Finistère, précise qu'il vaut mieux éviter les coups de langues donnés par ces bêtes sur la peau, principal porteur du germe. Ce résultat d'étude a même fait une parution dans la revue Médecine et maladies infectieuses. Selon ce magazine, cette bactérie serait à l'origine de 3 décès dans l'Hexagone, sur la période de février 2017 à avril 2018.

Selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies :

Ce diagnostic rare et difficile est à envisager chez tout patient ayant un syndrome infectieux sévère et brutal, notamment en cas de contact récent avec un chien ou un chat.

Plusieurs cas de décès ont déjà été recensés

Le cas le plus récent serait celui d'une femme de 58 ans ayant attrapé la bactérie, à cause de son chiot, recensé en aout dernier.


En février, un homme appartenant à la quarantaine a succombé à une infection généralisée à la Capnocytophaga canimorsus à Saint-Raphaël. Toujours cette année, un autre homme de 54 ans meurt suite à cette même infection.

Cette circonstance reste inquiétante pour les scientifiques étant donné que l'individu ne présentait aucun signe de léchage sur une lésion cutanée, ni de morsures sur lui. Par contre, il habitait à proximité d'un chien.

En 2017, un cas de décès suite à cette infection a été enregistré au Calvados, et ce, 2 jours après la morsure d'un chien.

Au professeur Geneviève Héry-Arnaud d'expliquer :

Dans 60 % des cas, la bactérie a été transmise à la suite d'une morsure. Dans les autres cas, après un léchage d'une peau écorchée. Mais, parfois, on ne retrouve pas la voie d'entrée de la bactérie.

Les scientifiques recommandent ainsi une consultation médicale d'urgence, dès qu'un individu se fait mordre ou simplement subit un léchage sur une lésion cutanée. Ils indiquent même que toute infection dans les 48h à 72 heures après une morsure, doivent être consultées en urgence.

Ils précisent même que :

Devant une infection grave sans étiologie (facteurs d'une maladie, ndlr) nette, [un traitement par antibiotiques] doit être envisagé si le patient vit à proximité d'un animal domestique et ce d'autant plus s'il existe des lésions cutanées ou un antécédent de morsure.

En effet, le taux de mortalité de l'infection est estimé entre 30% et 60%, si le patient n'est pas traité à temps ou qu'il subit un choc septique.

Par ailleurs, si elle ne tue pas, l'infection peut causer des amputations.

Ce type d'infection est une raison de plus aux propriétaires de souscrire une assurance animaux, qui prend en charge les accidents.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (529 avis clients sur Avis-Vérifiés)