Désactiver les systèmes d’aide à la conduite est utile dans certains cas

Des voitures de plus en plus autonomes

Les constructeurs automobiles et leurs ingénieurs rivalisent aujourd'hui de créativité pour optimiser les performances et les fonctionnalités des véhicules grâce à différentes technologies. Les modèles les plus récents sont désormais dotés de dispositifs visant à les rendre plus autonomes, donc à limiter l'intervention et la responsabilité de l'humain dans la conduite.

ABS, AFU, ESP, ASR sont autant de systèmes destinés à améliorer le confort de conduite, mais aussi à limiter la survenue d'accidents dus à une défaillance humaine.

Le développement et la démocratisation de ces outils entraînent d'ailleurs une réduction graduelle des primes d'assurances auto, obligeant les compagnies à revoir leur politique de produits.


Des dispositifs qui ne sont pas parfaits sur les sols glissants, mouillés ou gelés

Conçu pour prévenir le dérapage incontrôlé du véhicule, le système ABS (système anti-blocage des roues) n'est pas toujours efficace sur un sol glissant. C'est le cas quand la piste est verglacée, étant donné que les distances de freinage sont considérablement rallongées.

Pour sa part, l'ESP (Electronic Stability Program) qui interagit directement avec les freins, la direction et le moteur ne peut pas assurer l'équilibre général du véhicule lorsqu'il pleut ou neige. Il est alors préférable de le désactiver dans ces conditions. Autrement, la voiture aura du mal à rouler convenablement, en particulier sur les côtes.

Il en est de même de l'AFU (Aide au Freinage d'Urgence) qui associe, en principe, un système d'alerte de collision imminente et un freinage automatisé. L'efficacité de cette technologie n'est pas prouvée lorsque la voiture roule sur une piste mouillée ou gelée.

Le système anti patinage réduit la puissance du moteur

Contrairement aux autres technologies citées précédemment, le système ASR (Acceleration Slip Regulation) qui aide à gérer le patinage doit rester actif lorsque le sol est glissant. Mais comme ce dispositif réduit la puissance du moteur, il n'est pas nécessaire de l'activer en permanence, sauf si le véhicule est équipé d'un système différentiel.

Ces nouvelles technologies ont impacté de diverses manières la conduite automobile, et réduit sensiblement les risques d'accident. Néanmoins, les aides à la conduite n'ont pas pu jusqu'ici remplacer complètement l'expérience et la prudence d'un bon conducteur.