Les mutuelles mettent parfois à l’épreuve la patience des demandeurs de remboursement
un service de meilleurtaux.com

Les mutuelles mettent parfois à l’épreuve la patience des demandeurs de remboursement

Le délai de traitement au niveau de certaines mutuelles peut s’avérer quelque peu frustrant pour les contractants. Le manque de régulation sur le marché favorise une longue attente avant que les patients ne puissent être remboursés des frais médicaux qu’ils ont avancés. À l’évidence, les procédures s’avèrent plus rapides dans les cas où la Sécurité sociale n’intervient pas.

Les mutuelles mettent parfois à l’épreuve la patience des demandeurs de remboursement

Si certaines mutuelles misent sur la rapidité du parcours de remboursement, d'autres mettent en revanche plus de temps à indemniser leurs adhérents. Les patients sont alors obligés de faire appel à leur patience, ce qui n'est pas toujours évident. Surtout au moment où la Sécurité sociale semble moins pressée dans le cadre du traitement des demandes.

Néanmoins, la situation demeure légitime. En effet, les garanties des complémentaires ne sont aucunement soumises à un délai de traitement maximal quoique certaines bonnes pratiques sont à tenir compte pour accélérer l'intervention. Tout en sachant que la seule régulation à laquelle le marché obéit est celle qui fait jouer la concurrence.


Aucune date limite n'est prédéfinie

Le délai de remboursement des mutuelles varie d'un établissement à un autre. En effet, les complémentaires n'obéissent à aucune régulation qui permet de définir une date précise pour le versement. L'unique option est de faire jouer la compétitivité sur le marché.

L'assuré a, quant à lui, jusqu'à 12 à 24 mois pour effectuer sa demande et pour régulariser les contraintes administratives qui y sont rattachées. Une fois cette latence baptisée « forclusion » dépassée, l'organisme assureur sera, de plein droit, en mesure de ne plus valider la requête.

Certaines recommandations sont à prendre en compte si le quémandeur veut accélérer la date de son remboursement :

  • Se rapprocher des mutuelles après un délai de traitement trop tardif 
  • Changer de complémentaire s'il le faut, sauf en cas de grave affection ou d'un traitement important en cours 
  • Renseigner la Sécurité sociale et la complémentaire de chaque acte ou achat médical

À l'heure actuelle, bon nombre de consultants, pharmaciens ou autres professionnels de la santé proposent la télétransmission des factures liées aux soins de santé des patients à leurs mutuelles. Il est ainsi préconisé de privilégier ces intervenants pour réduire les risques d'oubli.

Attendre le remboursement par la Sécu

À la base, le rôle principal des mutuelles santés est de prendre en charge les dépenses non couvertes par la Sécurité Sociale. Ainsi, l'institution qui s'occupe du premier niveau de remboursement doit déclarer auprès des complémentaires l'accomplissement de sa mission avant que celles-ci n'interviennent.


À savoir cependant que le délai de traitement au niveau de l'Assurance maladie est compris entre 7 à 10 jours en moyenne. Ce qui implique, de ce fait, une attente de près de deux semaines avant de profiter de la couverture supplémentaire, aussi rapide qu'elle soit.

Les démarches s'avèrent du moins plus rapides quand les coûts d'interventions ou d'achats liés aux soins médicaux ne sont pas couverts par la CPAM. En effet, le traitement est mis en route dès la réception des justificatifs.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (529 avis clients sur Avis-Vérifiés)