Les jeunes Québécois se tournent davantage vers les nouvelles solutions de mobilité
un service de meilleurtaux.com

Les jeunes Québécois se tournent davantage vers les nouvelles solutions de mobilité

Dans la région de Mauricie, le ratio des jeunes de moins de 20 ans qui détiennent un permis de conduire est passé à 50 % en 2017. Motivés par l’empreinte environnementale, ils trouvent de nouveaux moyens de se déplacer. Ainsi, ils passent leur permis de plus en plus tard. Cette tendance est également constatée dans l’ensemble du territoire québécois. Faudra-t-il adapter les infrastructures de la province aux pratiques actuelles ?

Les jeunes Québécois se tournent davantage vers les nouvelles solutions de mobilité

Au Québec, les jeunes tendent à diversifier leurs modes de transport pour leurs déplacements quotidiens : covoiturage, transport en commun… Ils aspirent d'ailleurs à travailler dans des villes où ils peuvent choisir différents moyens de transport, y compris les transports en commun.

Pour cette raison, davantage de jeunes délaissent la voiture individuelle au profit des nouvelles solutions de mobilité. Si certains justifient cette pratique par des raisons écologiques, il s'avère tout de même difficile d'identifier les causes de cette baisse du nombre de titulaires de permis chez la jeune population. En tout cas, acquérir une voiture ne fait plus partie de leurs priorités.


Un recul du nombre de jeunes en possession du permis

124 258. C'est le nombre de personnes de moins de 20 ans qui ont leur permis au Québec en 2017, alors qu'ils étaient 180 219 en 1999. C'est ce que révèle les données de la société d'État chargée de la protection des conducteurs contre les risques induits par l'usage de la route.

Outre les causes démographiques, la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) explique cette régression par une évolution des modes de déplacement. Intéressés par les solutions plus écologiques, ils passent leur permis plus tardivement.

Suivre l'exemple des Européens

Varier les modes de transport. Telle est la tendance chez les jeunes Québécois âgés de 16 à 19 ans, selon le Centre de gestion des déplacements. Beaucoup de jeunes conducteurs ne seraient-ils pas en phase de procéder à une résiliation assurance pour profiter des solutions de mobilité partagée que leur offre l'économie collaborative ?

Cette pratique se répand dans toutes les villes de la province, comme l'énonce le numéro un de Roulons vert. Les comportements s'aligneraient avec ceux des populations européennes, qui se sont orientés depuis longtemps vers les alternatives à la voiture.

Adapter les infrastructures

Si le ratio de jeunes détenteurs de permis était de 45 % il y a 22 ans, il se chiffre à 28,7% en 2017. C'est ce qui ressort des données recensées par l'Institut de la statistique. Ceci dit, la proportion de primo-conducteurs baisse au fil des années. Il devrait en être de même pour le pourcentage d'acquéreurs. Justement, la SAAQ indique que le nombre de titulaires a dégringolé de 15 % chez les femmes en l'espace de 5 ans. Chez les hommes, il a chuté de 20 %.

Mais changer de mode de transport passe d'abord par le réaménagement des infrastructures. C'est d'ailleurs le seul moyen d'inscrire les alternatives à la voiture dans les habitudes de la population. En tout cas, cette tendance est de nature à réduire les embouteillages.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (529 avis clients sur Avis-Vérifiés)

Besoin d'un crédit auto ?

500 €

75 000 €