66 % des Français adoptent des comportements dangereux au volant

Si 71 % des Français enquêtés au cours de l'étude ont estimé la prévention routière comme primordiale, 66 % d'entre eux ont toutefois avoué avoir de temps à autre des comportements à risque lorsqu'ils prennent le volant. Ce type de comportement concerne davantage les jeunes automobilistes de moins de 35 ans.

En effet, 20 % ont admis téléphoner en conduisant, 51 % écouter de la musique trop fort et 44 % tenir une discussion animée. Autre comportement à risque relevé par l'étude : le défaut d'assurance.

Selon l'ONISR, 700 000 personnes roulent sur les routes sans assurance même si la loi rend obligatoire la souscription d'un contrat d'assurance auto en France. Les jeunes sont encore une fois concernés. En effet, 60 % des responsables d'accident non assurés sont âgés de moins de 35 ans.


Les primes d'assurance pourraient augmenter en 2019

Les primes d'assurances sont susceptibles de connaître une hausse l'année prochaine. Les non-assurés sont à l'origine de cette augmentation. En 2017, 85,2 millions d'euros ont été redistribués par le FGAO aux victimes d'accident provoqués par des véhicules qui ne sont pas couverts par une assurance viable.

L'organisme n'a cependant récolté que 11,6 millions d'euros à la suite des actions dirigées contre les conducteurs n'ayant pas souscrit d'assurance. Le gouvernement souhaite ainsi relever le plafond légal de la contribution des assureurs de 12 à 25 % pour fournir des ressources supplémentaires au FGAO.

Les assurés participent au financement du FGAO

27 970 dossiers de non-assurance ont été traités par le FGAO en 2017. Il s'agit de 10 % des accidents corporels qui se sont produits en France l'an dernier. L'organisme intervient notamment pour indemniser les victimes d'accident de la circulation provoqués par des inconnus ou des non-assurés.

Quoi qu'il en soit, en cas d'accident mortel, ceux qui ont souscrit une assurance décès peuvent garantir l'avenir de leurs proches grâce au versement d'un capital ou d'une rente, outre l'indemnisation du FGAO à leurs ayants droit.

Il faut savoir que l'organisme est financé d'une part par l'État et d'autre part par une cotisation prélevée sur la prime des assurés. L'étude révèle cependant que 66 % des sondés ne savent pas qu'ils apportent leur participation à ce fonds.

Dès le début de l'année prochaine, la France, à l'instar d'autres pays comme le Royaume-Uni, l'Espagne, la Belgique ou encore l'Allemagne, disposera d'un Fichier des Véhicules Assurés (FVA). Le dispositif, encore méconnu de 71 % des Français, permettra d'identifier les véhicules qui ne sont pas assurés.