Les charges des assureurs risquent d’augmenter et ce sont les assurés qui devront payer

Le FGAO à l'origine de l'augmentation

D'après plusieurs spécialistes du secteur,

« Les tarifs des contrats d'assurance automobile pourraient encore augmenter en 2019 ».

Selon eux, le gouvernement prévoirait de fixer la contribution des assureurs au fonds de garantie des assurances obligatoires (FGAO) à 25 %. Celle-ci est actuellement de 12 %.

Concrètement, cette revalorisation représentera un montant de 33 millions d'euros par an. Une somme qui sera destinée à :

  • renflouer les caisses du FGAO, en proie à des difficultés financières depuis plusieurs années ; 
  • l'aider à faire face à la hausse du coût des sinistres.

Du côté des compagnies d'assurance, cette charge supplémentaire, si elle venait à être adoptée, va certainement être répercutée sur leurs tarifs, avec pour conséquence un choc des primes l'année prochaine.

Pour rappel, le FGAO est un organisme d'utilité publique. Il prend en charge l'indemnisation des victimes d'accidents de la route lorsque le conducteur fautif n'est pas identifié (en cas de fuite ou d'absence de plaque d'immatriculation) ou qu'il n'est pas assuré.


L'assurance auto pourrait coûter jusqu'à 10 euros plus cher

Quoi qu'il en soit, pour les compagnies d'assurance, le passage au nouveau taux de 25 %, qui pourrait tout de même doubler en un an, ne devrait avoir qu'une incidence négligeable sur leurs finances.

Selon leurs calculs, cette augmentation ne représenterait que 0,44 % de leur chiffre d'affaires, soit une « broutille ».

Par contre, les automobilistes subiront les effets de cette mesure de plein fouet.

Dans un contexte où le pouvoir d'achat ne cesse de se détériorer, les primes d'assurance auto risquent de coûter entre 8 et 10 euros supplémentaires par an.

Seul motif de soulagement, au vu de la faible ampleur de la hausse par rapport au chiffre d'affaires réalisé par les assureurs, il existera toujours des offres moins chères que d'autres sur le marché, concurrence oblige.