À la suite d'un accident, 17 % de Français pensent à contacter un médecin quand 51 % d'entre eux ont le réflexe de réaliser les gestes de premiers secours. C'est ce que révèle une récente étude réalisée par OpinionWay. Les millions de soins dispensés en milieu médical trouvent justement leur explication dans la fréquence des accidents de la vie courante. Les cas de décès sont aussi légion. D'ailleurs, ces accidents constituent le premier facteur de mortalité chez les enfants, d'autant que les parents ne sont pas toujours vigilants en présence de leurs protégés. Chez les adultes, les accidents constituent la troisième source de décès.


Quand le manque d'attention induit un accident au domicile

D'après les résultats de l'enquête, les accidents de la vie courante sont souvent générés par des erreurs d'inattention. 85 % des parents victimes indiquent d'ailleurs qu'ils auraient pu éviter l'incident en faisant preuve de davantage de vigilance. Pendant la période des fêtes, 75 % des parents ont avoué avoir déjà adopté une attitude non exemplaire devant leurs progénitures, comme brancher plusieurs appareils électroménagers sur une prise multiple. Le manque de temps et l'absence d'un éventuel danger manifeste y sont également pour beaucoup, selon les données recensées auprès de 1 502 parents avec enfants et de 500 individus dont l'âge est compris entre 6 et 12 ans.

Nombreuses sont les circonstances pouvant donner lieu à un traumatisme non intentionnel. Ces accidents peuvent survenir à côté du domicile, dans le garage ou à l'intérieur de la maison. En se basant sur l'étude, 80 % des accidents de la vie courante sont cependant subies au domicile et tout particulièrement dans la cuisine à la suite d'une coupure (45 %). 31 % des sujets sondés ont déclaré s'être déjà brûlés en étant aux fourneaux ou en utilisant un fer à repasser. 26 % d'entre eux avancent avoir déjà été victimes d'une chute en empruntant par exemple les escaliers.

La plupart des enfants déclarent être renseignés sur les comportements à adopter

À en croire les données de l'étude effectuée en ligne pour Attitude Prévention, 60 % des personnes interrogées ont relaté qu'un membre du foyer a contracté un accident de la vie quotidienne en 2018. La plupart de ces accidents surviennent dans leur lieu de résidence et peuvent entraîner une invalidité ou des dommages esthétiques considérables. Une assurance accidents de la vie est-elle donc nécessaire ? En tout cas, 7 % des sujets n'hésiteraient pas à composer un numéro d'urgence en cas de besoin. Les informations ont été récoltées du 28 mai au 8 juin 2018.


Parmi les victimes figurent maints enfants de 12 ans au plus. L'institut de sondage en dénombre 40 %, dont la plupart n'ont pas senti le danger venir. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, 90 % des parents estiment que les conseils ne manquent pas quand il s'agit d'éviter les accidents de la vie courante. Pour eux, il est primordial d'inculquer les bons gestes aux enfants. D'ailleurs, près de 80 % des enfants sondés affirment connaître les consignes à respecter.