Ma Bonne Fée dessert désormais Rennes

En 2017, 435 000 mères ont obtenu un accompagnement à domicile après leur sortie d'hôpital, après leur accouchement. Ce dispositif a été instauré par la CPAM au profit des femmes ayant mis au monde un bébé en l'absence d'une quelconque complication.

Grâce au Programme d'accompagnement au retour à domicile (Prado), les bénéficiaires sont suivies par une maïeuticienne libérale qu'elles sont libres de choisir.

Avec son diplôme de commerce en poche, Luca Stevenson décide de saisir cette opportunité en créant un service de garde de nouveau-nés, outre l'accompagnement des jeunes parents en apprentissage.

Les prestations de puériculture sont dédiées aux particuliers et aux professionnels

Desservant actuellement une dizaine d'agglomérations de l'Hexagone, « Ma Bonne Fée » met en relation les spécialistes de la puériculture et les familles. Ses services s'adressent également aux sociétés désireuses de séduire les collaborateurs ayant des enfants en bas âge. En effet, les professionnelles embauchées par le service sont disponibles aussi bien le jour que la nuit.


Au sein de ce grand réseau d'accompagnement périnatal et parental, les recrus sont payés à 12 euros nets par heure (sans compter les charges sociales). Le dixième de la rémunération est par ailleurs attribué au service.

Toujours est-il que les parents qui emploient une garde d'enfant à domicile ou une assistante peuvent bénéficier d'un soutien de la CAF, en vertu de la prestation d'accueil du jeune enfant (Paje).

Il s'agit, en effet, du complément de libre choix du mode de garde (CMG). Les parents concernés obtiennent également un crédit d'impôt de 50 %.

200 spécialistes dont 4 dans la commune de Rennes

Infirmières, auxiliaires de puériculture… le réseau dénombre 200 professionnels ayant souscrit au moins une assurance responsabilité civile. Les sages-femmes ne sont pas en reste. Onze spécialistes travaillent actuellement dans la région Bretagne depuis des semaines. Parmi eux, quatre professionnelles expérimentées se mettent au service des habitants de Rennes.

Se reconvertir dans un métier qui met l'accent sur la dimension humaine de l'accompagnement, arrondir les fins de mois… nombreuses sont les raisons qui justifient le partenariat avec la plateforme. C'est ce que souligne Delphine Cochet, la cofondatrice de la plateforme.

L'instigateur Luca Stevenson a trouvé cette ingénieuse idée de lancer son affaire en devenant père de famille. D'ailleurs, les séjours en maternité s'écourtent davantage. En 2015, le nombre moyen de jours s'établissait à 2,74.