Renouvellement de lunettes : la réforme de 2015 a réduit les dépenses des mutuelles
un service de meilleurtaux.com

Renouvellement de lunettes : la réforme de 2015 a réduit les dépenses des mutuelles

Les soins optiques, notamment le remboursement des lunettes, représentent une charge importante pour les mutuelles. Une réforme a d’ailleurs été mise en place par l’État en 2015 afin de réduire les dépenses des complémentaires santé de manière notable. Mais bien que les mesures prises aient été efficaces, elles sont jugées insuffisantes d’après le bilan de la Drees.

Renouvellement de lunettes : la réforme de 2015 a réduit les dépenses des mutuelles

Les changements apportés aux organismes de complémentaires santé par la réforme

La réforme de 2015 stipule que le renouvellement des lunettes ne peut être effectué qu'au bout de deux ans minimum, sauf en cas de force majeure.

Le but de la manœuvre était de limiter les dépenses des mutuelles et des autres organismes de prévoyance, notamment en leur octroyant des avantages fiscaux.

Mais pour en bénéficier, elles devaient remplir diverses obligations dans le cadre de « contrats responsables ».

Premier effet de la réforme : le prix des lunettes a légèrement augmenté

Des prix plafond ont aussi été imposés aux opticiens.


Les lunettes à correction simple ne pouvaient être proposées à plus de 470 euros, et celles à correction complexe ne devaient pas coûter plus de 750 euros. La limitation des prix n'a pas vraiment eu les effets escomptés puisque les lunetiers, ayant profité de l'occasion, ont fait grimper les prix (+2 % de 2016 à 2017). Ils sont actuellement en dessous des maximums autorisés.

En 2017, et selon les chiffres de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques, rattachée au ministère de la Santé), la vente de lunettes a régressé de 3 % alors qu'elle était sur une tendance haussière au cours des années précédentes.

Une autre réforme pour réduire encore plus les dépenses des institutions de prévoyance

Une autre réforme entrera en vigueur début 2020. Elle consistera en la mise en place d'un panier à tarifs plafonnés.

La part de la Sécurité sociale passera de 4 % à 18 % et il n'y aura plus de reste à charge pour le particulier.

Si ce dernier n'opte pas pour le panier, la mutuelle à laquelle il aura fait appel ne lui remboursera que 100 euros tout au plus.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (633 avis clients sur Avis-Vérifiés)