La participation des patients pour certains actes médicaux a augmenté de six euros
un service de meilleurtaux.com

La participation des patients pour certains actes médicaux a augmenté de six euros

Les dépenses en matière de soins de santé sont, en partie, prises en charge par la Sécurité sociale en France. Toutefois, le patient doit toujours s’acquitter d’une participation forfaitaire pour certaines interventions médicales. Et cette part a augmenté de six euros depuis le début de l’année. D’autres actes seront, en revanche, remboursés intégralement.

La participation des patients pour certains actes médicaux a augmenté de six euros

Cette année sera encore marquée par certaines réformes impactant la trésorerie des ménages. La couverture santé connait aussi des changements, si l'on ne cite que le décret publié dans le Journal officiel (JO) le 28 décembre dernier portant sur le relèvement de six euros de la participation forfaitaire sur les actes médicaux de 120 euros et plus. Et ce, à compter du 1er janvier 2019.

Si les détenteurs d'une complémentaire santé n'ont pas à se faire, les impacts financiers seront plus conséquents pour les mutuelles. Quoi qu'il en soit, quelques interventions sont exonérées de ce reste à charge. Et de nouveaux remboursements ont été mis en place, dans la même foulée, par ce même décret.


Une majoration annoncée par le JO

Le 28 décembre dernier, le Journal officiel a annoncé la hausse de la contribution forfaitaire pour certaines interventions médicales. Entendons par cela, les actes coûtant au-delà des 120 euros. Le décret a été mis en vigueur dès le début de cette année, majorant le montant à la charge des patients de six euros. Ceci se retrouve alors à 24 euros si elle s'établissait à 18 euros jusque-là.

Cette augmentation s'expliquerait par l'application d'un texte annoncé il y a sept ans de cela, portant sur le relèvement du seuil à 120 euros (les soins étant auparavant considérés comme onéreux à partir de 91 euros).

À savoir que si cette participation financière s'applique aux interventions réalisées auprès d'un établissement de santé (hôpital, clinique, centre, cabinet, etc.), certaines personnes, notamment les assurés sociaux, n'en sont pas concernées. Les malades chroniques, par exemple, ainsi que les femmes enceintes et les invalides bénéficient d'une exonération.

Davantage de coûts pour certains, de nouvelles compensations pour d'autres

Pour rappel, la participation forfaitaire est la partie non remboursée par l'assurance maladie. Il s'agit, de ce fait, d'une dépense à la charge du malade qui est tenu de la régulariser directement auprès du praticien ou de l'établissement qui l'a reçu. Par la suite, il peut demander à sa mutuelle de procéder à son remboursement intégral ou partiel, selon la complémentaire santé qu'il a souscrite.


Il faut alors reconnaître que cette réforme aura des impacts financiers considérables sur les acteurs d'assurances, notamment les assureurs classiques, les mutuelles et les organismes de prévoyance.

Toujours est-il que le décret n'apporte pas que des surcoûts. De nouvelles prises en charge à 100% sont à prévoir. Le gouvernement s'est penché cette année sur le cas des enfants de moins de six ans qui requièrent des suivis médicaux récurrents. Ainsi, tous leurs examens obligatoires seront désormais remboursés par la Sécurité sociale.

Tout comme les dépenses relatives à l'achat de médicaments irremplaçables, mais onéreux, auprès des pharmacies. S'ensuivront en juin prochain les consultations, à titre préventif, des femmes de 25 ans afin de dépister les cancers du col de l'utérus et du sein.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (663 avis clients sur Avis-Vérifiés)