Les chats et les chiens ne sont plus vendus dans les animaleries en Californie et en Grande-Bretagne

Cette année, la Fondation 30 Millions d'Amis soutient la Californie et la Grande-Bretagne dans leur mouvement contre les animaleries.

Outre-Atlantique, les pets-shops devront désormais se rendre auprès des refuges pour trouver des chiens, des chats ou des lapins destinés au commerce. Il leur est interdit de se fournir auprès d'élevages et tout contrevenant sera sanctionné par une amende.

En Grande-Bretagne, les animaleries ne pourront plus mettre en vente des animaux de compagnie de moins de 6 mois. Cette loi entrera en vigueur au cours de l'année et permettra de combattre les commerçants peu scrupuleux tout en mettant l'accent sur le bien-être des animaux.


Les Britanniques appellent à la réflexion

En Grande-Bretagne, le commerce d'animaux de compagnie va changer. Plus tard dans l'année, l'entrée en vigueur d'une nouvelle loi interdira aux animaleries de vendre des chats ou des chiens de moins de 6 mois. Elle fait suite à la mesure d'octobre dernier qui empêchait le commerce d'animaux de moins de 8 semaines.

La Lucy's law (loi de Lucy en français) vise à arrêter les conditions d'élevage difficiles des animaux de compagnie. De nombreux élevages disposant ou non d'une licence ne font pas assez attention au bien-être de ces derniers. Cette loi poussera donc les animaleries à se fournir auprès de structures plus respectueuses des besoins des animaux de compagnie.

Toutefois, malgré les mesures britanniques, les problèmes liés à la maltraitance et à l'abandon sont encore très présents en Grande-Bretagne. David Rutley, le ministre du bien-être animal, pousse chaque citoyen à arrêter d'adopter un animal de compagnie et à réfléchir sérieusement avant d'en prendre un chez lui.

Les Américains luttent contre les « usines à chiots et à chatons »

Depuis le début de cette année, le Pet Rescue and Adoption Act est entré en vigueur en Californie. Cette loi votée en octobre 2017 est assez similaire à celle qui sera appliquée en Grande-Bretagne. Son but premier est d'aider les refuges saturés à placer les animaux errants ou abandonnés. Ce faisant, ces derniers profiteront d'un foyer aimant et d'une assurance animaux au lieu de se faire euthanasier.


Cette nouvelle loi vise également à empêcher les animaleries de se fournir auprès d'élevages dits industriels. Qualifiés d'«usines à chiots et à chatons », ces structures vendent des animaux ayant vécu dans de très mauvaises conditions et souffrant de maladie et/ou de tares génétiques.

Cette nouvelle législation sera intraitable avec les contrevenants. Toute personne passant outre cette loi sera sanctionnée par une amende de 500 dollars. Les animaleries souhaitant obtenir des chiens, des chats ou des lapins devront donc se rendre auprès d'un éleveur agréé.