Les Français auront tout à gagner en passant à la voiture électrique

Les automobilistes « écolos » auront droit à des traitements de faveur

Au lieu de taxer davantage les utilisateurs de véhicules polluants et provoquer la colère des conducteurs qui ont déjà les nerfs à fleur de peau, l'État a décidé d'adopter une approche moins contraignante et de favoriser ceux qui choisissent de passer à l'électrique.

Ainsi, les automobilistes qui souscriront des assurances voiture pour leur nouveau véhicule propre seront gratifiés d'une prime de conversion conséquente (allant de 3 000 à 5 000 euros).

Cette subvention existait déjà, sauf qu'elle devait prendre fin prochainement.
Voyant que les objectifs annoncés ne sont pas encore à la hauteur des attentes, le Président a prévu de la maintenir jusqu'en 2022.


D'autres privilèges comme, entre autres, la gratuité des parkings, les prix réduits aux péages, l'accès facilité aux voies prioritaires seront accordés aux automobilistes éco-responsables.

700 millions d'euros pour se doter des infrastructures nécessaires

À l'image des autres pays d'Europe qui ont fait de la mobilité électrique une priorité, la France mettra tout en œuvre pour que la transition énergétique des automobilistes se passe dans les meilleures conditions possible.

Le plus urgent est de mettre en place le programme « Airbus des batteries ». Cette opération évitera de trop dépendre des pays fournisseurs de matériaux pour la fabrication de ces équipements et l'approvisionnement en matières premières (lithium, cobalt…). Cette dépendance serait en effet comparable à celle vis-à-vis des pays de l'OPEP durant l'âge d'or des moteurs thermiques.

Et dans l'optique de résoudre les problèmes de recharge, l'État a prévu de déployer des points de recharge sur tout le territoire. À ce sujet, l'objectif annoncé est de 100 000 bornes installées d'ici 2022. Les démarches pour l'installation du même dispositif dans le cadre privé seront également simplifiées.