La consommation d’alcool reste importante en France
un service de meilleurtaux.com

La consommation d’alcool reste importante en France

En 2017, la consommation d’alcool pur s’élève à 11,7 litres par habitant en France. Les Français figurent ainsi parmi les plus grands buveurs européens, sachant que le pays occupe la sixième place parmi les 34 États membres de l’OCDE. D’ailleurs, selon le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), 41?000 individus sont décédés suite à des problèmes liés à l’alcool en 2015.

La consommation d’alcool reste importante en France

Michel Reynaud estime que les usines de fabrication de boissons alcoolisées ne sauraient contribuer efficacement à la prévention des décès découlant de la consommation d'alcool. À la tête du Fonds Actions Addictions, le professeur explique qu'elles puisent leurs revenus de la poche des consommateurs réguliers.

Bien que la part de buveurs quotidiens se stabilise après avoir progressivement diminué entre 1992 et 2014, le nombre d'abstinents n'augmente pas pour autant.

En effet, 30.000 hommes en sont directement ou indirectement morts en 2015, contre 11 000 femmes. Quelles solutions le gouvernement compte-t-il mettre en place pour y remédier ?

41 000 décès liés à la consommation de boissons alcoolisées en 2015

Si 87 % des personnes ayant fait l'objet d'une consultation ont déclaré avoir bu de l'alcool une fois au moins durant l'année 2017, 10 % ont avoué boire de façon quotidienne. Ces derniers, qui ont entre 18 et 75 ans, ont consommé plus de 50 % des bouteilles, en tout cas sur celles qui ont été déclarées.

C'est ce que révèle l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Il analyse les données collectées au sujet des addictions dans l'Hexagone.


Ces chiffres doivent-ils alarmer ? En tout cas, les 41 000 décès enregistrés au titre de l'année 2015 concernent la consommation d'alcool. Elle peut avoir entraîné l'apparition de certaines maladies, responsables de 15 % des décès (au plus) chez les populations ayant entre 35 et 64 ans. En revanche, chez les autres tranches d'âge, le pourcentage est estimé à 8 %.

Des mesures préventives et plus encore pour contrer les pratiques addictives

Parmi les personnes décédées en raison de leurs habitudes de consommation, 3 000 individus sont atteints de troubles psychiques et psychologiques. 6 800 souffrent de troubles digestifs, tandis que 9 900 sujets ont fait un AVC ou un infarctus.

Les maladies cancéreuses ont causé 16?000 décès. 5 400 cas de décès sont rattachés à des causes externes, comme par exemple les accidents. Les grands buveurs ont-ils intérêt à souscrire une assurance décès pour assurer l'avenir de leurs enfants ?

La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) a soumis, en janvier dernier, un programme de sensibilisation contre l'alcoolisme et la toxicomanie. Dans cette démarche, elle incite les fabricants et des vendeurs de boissons alcooliques à participer à des actions préventives.

Quant à l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA), elle prône l'instauration d'une mesure gouvernementale visant à diminuer les risques sanitaires associés.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (663 avis clients sur Avis-Vérifiés)