Les déserts médicaux, un des problèmes majeurs du territoire de l’Eure

Élaboration d'un plan pour garantir la santé de la population

Selon l'explication de Denis Guitou, un des premiers responsables de la santé dans l'Eure,

« Les projets doivent couvrir tous les besoins de la population en matière de santé ».

Outre les soins de proximité fournis par les maisons de santé, il faudrait également prendre en compte les autres actions destinées à prévenir les maladies et à faciliter l'accès aux soins : dépistage, vaccinations, mutuelle, etc.

L'Eure envisage ainsi de mettre en place un système innovant qui associe la pratique libérale et le salariat afin de mettre fin aux déserts médicaux.


Une maison de santé peut à cet effet compter deux praticiens, dont un libéral et un salarié.

Compte tenu de la pénurie de médecins dans les zones rurales, ces professionnels de santé ne seront pas en compétition, mais complémentaires.

L'objectif principal est alors de pouvoir assurer la santé de la population à travers une politique de cohésion et de solidarité. D'ailleurs, l'Eure et le Pays d'Aigle vont travailler conjointement sur certains projets de santé : médecine scolaire, plan de prévention, etc.

Le système de santé devrait être réformé

Mais toutes les solutions adoptées jusqu'ici pour lutter contre les déserts médicaux n'ont pas suffi à résoudre le problème.

Une réforme du système devrait être envisagée pour encourager les médecins à s'installer en campagne.

Parmi les propositions avancées, la révision du système de salaire et des horaires des praticiens généralistes est considérée comme la solution la plus pertinente.

Et ce n'est pas tout, il faudrait également mettre en place des mesures plus contraignantes, telles que :

  • la régulation du conventionnement des professionnels de santé pratiquant en libéral ; 
  • l'obligation pour les nouveaux médecins spécialistes de s'installer dans les zones les moins dotées, pendant leurs deux premières années d'exercice.