Entre 2017 et 2018, le nombre de permis suspendus dans le département du Cantal a augmenté. Face à cette situation, et parce que la population a besoin de se déplacer au quotidien, le marché des voitures sans permis a pris son essor dans le département.

Cette constatation a été faite par Bernard Semeteys, un concessionnaire à Naucelles. D'après ses observations, les clients ayant le plus besoin de voiture sans permis font l'objet de la suspension de leur permis de conduire pendant quelques mois et ne trouvent pas de moyens de locomotion alternatifs. Outre la location de ce type de véhicule, le concessionnaire a également noté une hausse de l'achat de voitures.


Les voitures sans permis sont très recherchées

D'après les observations de Bernard Semeteys, les personnes souhaitant acheter ou louer des voitures sans permis optent pour des modèles équipés des dernières innovations technologiques et un design plus travaillé.

Ces voitures présentent de bien meilleures finitions, une armature plus solide et un meilleur entretien pour assurer leur longévité. Concernant les options, les conducteurs privilégient les véhicules disposant de gadgets comme le Bluetooth ou une caméra de recul.

Dans ce nouveau marché, les voitures électriques commencent à s'imposer. Avec des prix pouvant monter jusqu'à 16 000 euros pour une autonomie maximale de 130 km, les Français ont la possibilité d'obtenir un véhicule écologique qui se recharge grâce à une prise électrique classique.

Selon le concessionnaire de Naucelles, une forte demande pour l'achat ou la location de véhicules sans permis est constatée dans le Cantal. Particuliers, personnes souffrant d'un handicap ou n'ayant jamais eu de permis, épouses ne possédant pas une voiture et chefs d'entreprise ont en actuellement besoin pour se déplacer.

Les cas de délinquance routière expliquent les retraits de permis

Selon les chiffres de 2018 concernant la délinquance routière dans le Cantal, on note une croissance de la suspension du permis dans le département entre 2017 et 2018. Les retraits dus à la conduite en état d'ébriété sont passés de 192 à 232, ce qui représente une hausse de près de 20 %. Pour la prise de drogue, on constate une hausse de 14% du nombre de dépistages par rapport à 2017. Au sujet des excès de vitesse, le nombre de retrait de permis de conduire est passé de 132 à 158, soit une hausse de 20 %.


Devant un tel accroissement des délits et des retraits de permis de conduire, l'achat et la location de voitures sans permis augmentent. Les personnes choisissant ces options doivent néanmoins recourir à un comparateur assurance afin de trouver les meilleures couvertures convenant à leur nouveau véhicule puisque ce dernier doit être correctement assuré le temps qu'elles l'utilisent.

D'après Bernard Semeteys, la location mensuelle pour ces moyens de transport varie de 199 à 549 euros tout compris, sauf l'essence. Pour l'achat d'un modèle neuf, il faut compter entre 9 000 et 18 000 euros.