L’assurtech Alan continue de viser haut

40 millions d'euros, c'est le fonds collecté par Alan lors de sa troisième tour de table. Celle qui va lui permettre de continuer son accélération dans le domaine de la couverture maladie. Le spécialiste de la technologie de l'assurance, se penchant pour la première fois sur la complémentaire santé il y a près de trois ans, se veut en effet de bousculer le secteur.

Se donnant comme ambition de remporter le titre de leader sur le marché des petites et moyennes entreprises, et visant également celui des TNS (travailleurs non salariés), la Startup espère quadrupler sa clientèle d'ici 2021. Un objectif que l'enseigne est certaine d'atteindre grâce au renforcement de son expérience utilisateur.


Les PME et les travailleurs indépendants comme cibles

La jeune pousse Alan évolue dans l'univers fortement concurrentiel de l'assurance santé. Elle n'en manque pas pour autant d'ambition. Elle compte, en effet, atteindre la barre de 100 000 adhérents dans deux ans (d'ici 2021). À noter qu'à ce jour, son portefeuille compte 27 000 souscripteurs qui lui permettent de réaliser quelque 22 millions d'euros de chiffre d'affaires.

L'assurtech aspire d'ailleurs à faire une percée conséquente sur le marché de la couverture complémentaire de maladie, un secteur très envié par bon nombre de compagnies d'assurance. Pour ce faire, il compte attirer davantage de clients, notamment les PME qui font partie de ses principales cibles. À son président Jean-Charles Samuelian d'expliquer :

Beaucoup d'investisseurs nous ont contacté en 2018, alors que nous réfléchissions à maintenir notre rythme de développement.

La Startup a également dans son viseur les travailleurs autonomes. D'autant plus que son dirigeant prétend prendre le pas sur ses concurrents grâce à ses divers atouts, notamment son investissement sur des technologies innovantes qui contribuent à l'optimisation de son expérience utilisateur. Ainsi, il se targue le fait que :

Alan est légèrement en avance sur nos concurrents, car nous avons fortement investi sur nos technologies avec nos levées successives.

Plusieurs cordes à son arc

Pour atteindre ses objectifs ambitieux sur les complémentaires santé et la prévoyance, Alan dispose de plusieurs atouts. Par exemple, il fait en sorte que ses clients sont pleinement satisfaits durant leur parcours, surtout ceux qui manquent de temps pour s'occuper de leur protection sociale.

Pour y parvenir, l'enseigne ne s'est pas contentée de sa première vague de recrutements de l'année dernière, mais compte mettre davantage de collaborateurs au service de ces assurés. Le nombre de ses salariés devrait atteindre alors le cap des 175 d'ici fin décembre 2019. Et sa récente levée de fonds y contribuera certainement.


En effet, celle-ci porte le financement total des projets de la jeune pousse à 75 millions d'euros, détaillé comme suit :

  • Une tour de table de 12 millions réussie lors de son lancement ;
  • Une autre de série A en avril 2018, pour une collecte de 23 millions ;
  • Une troisième de série B en février 2019, pour un montant de 40 millions.

À savoir, Index Ventures a été un fervent participant lors des deux dernières levées si CNP Assurances, Partech Ventures et Portag3 Ventures n'ont été présents qu'au cours de la deuxième opération. DST Global, en revanche, a répondu à son appel lors de la troisième tour de table.