Une coopérative funéraire lancée à Dijon permettrait d’amortir le coût des obsèques

En France, le coût des obsèques est assez élevé. Qu'il s'agisse d'un enterrement ou d'une crémation, les familles doivent investir de grosses sommes si le défunt n'a pas prévu une assurance adéquate. C'est pour éviter ce cas de figure qu'une société à but non lucratif dijonnaise a lancé une coopérative funéraire.

Elle a pour objectif de fournir aux familles des défunts toutes les informations nécessaires aux obsèques et de changer l'image qu'elles se font de ces dernières.

Ce faisant, elle espère baisser les prix pour ce type de prestation. Afin d'atteindre ses objectifs, la coopérative travaillera avec des fournisseurs locaux.

La coopérative funéraire propose une approche différente

Florence Bardon, initiatrice du projet de la coopérative funéraire et ancienne conseillère funéraire, déclare que les pompes funèbres sont actuellement « un business ». Passionnée par ce domaine d'activité et aimant passer du temps avec les familles, elle souhaite leur offrir une approche différente des obsèques.


L'un des objectifs de la coopérative funéraire est de fournir des prestations claires et transparentes à ses clients. Les participants à ce projet sont contre les pratiques actuelles des pompes funèbres qui vendent aux familles des prestations dont elles n'ont pas forcément besoin.

Éric Cordier, qui a travaillé durant 30 ans dans le secteur, cite certaines pratiques. Il indique que des établissements facturent chèrement les soins de conservation et de présentation du corps gardé au CHU de Dijon. Pourtant, les cellules de réfrigération actuelles préservent efficacement les corps et sont entièrement gratuites.

Le but de la coopérative est de conseiller au mieux ses clients tout en faisant en sorte de réduire les dépenses liées à l'enterrement.

La structure dijonnaise se concentrera sur les clients

En France, le coût des obsèques varie de 3 350 à 3 600 euros selon que l'on opte pour un enterrement ou une crémation. Pour ne pas faire de dépenses onéreuses, certaines personnes souscrivent une assurance obsèques qui couvrira le coût de leurs funérailles.

Les Dijonnais ayant mis en place la coopérative funéraire veulent réduire de 30 % le coût des obsèques tout en informant efficacement les clients sur les prestations dont ils auront besoin.

Ainsi, ces derniers ne signeront pas de contrats et ne règleront pas de factures qu'ils n'auront pas compris au préalable. C'est le cas par exemple de la facturation des capitons dans le cercueil
.

Selon Florence Bardon, cette option n'est pas obligatoire, pourtant elle est automatiquement inscrite dans les devis. Le but de la coopérative funéraire est donc d'apporter un maximum d'éclaircissements pour éviter aux familles de payer plus que ce qu'elles devraient.

L'initiative de cette structure a été inspirée par un projet similaire initié au Canada dans les années 40. C'est en 2016 que la première coopérative de ce type a été créée à Nantes.