Les automobilistes québécois surpris par l’augmentation de leur prime d’assurance

La hausse est généralisée dans toute la province

Les premiers automobilistes à avoir vu grimper leur facture ne doivent pas penser à une erreur de la part de leur assureur, puisque les assurances voiture ont fait l'objet d'une révision à la hausse dans toute la province.

Cependant, concurrence oblige, les compagnies ne vont pas appliquer le même pourcentage d'augmentation. Si certaines ont choisi de frapper fort avec une progression significative de +20 %, d'autres se montrent plus mesurées avec « seulement » +15 %.

Par souci de rentabilité, les compagnies québécoises n'ont d'autres choix que de faire payer plus cher leurs clients, y compris les assurés de longue date.


Pour justifier leur décision, elles expliquent que

« Les sinistres se sont multipliés ces dernières années et le coût des réparations (indemnisations) est également en train de flamber ».

Les nouvelles voitures et toutes les technologies qu'elles embarquent ne sont pas non plus étrangères à cette hausse.

En cas de sinistres sur ces véhicules ultras sophistiqués, les réparations et les pièces de rechange coûtent toujours cher à l'assureur, auxquelles s'ajoutent les frais médicaux en cas de dégâts corporels. La facture risque d'être salée.

Une hausse de la prime d'assurance auto pour la 5e année consécutive

La prime d'assurance suit la même trajectoire montante depuis l'année 2014, alors qu'elle observait la tendance inverse depuis 2008.

En 2014, pour être couvert par l'assurance, l'automobiliste québécois payait en moyenne une prime de 525 $. L'année suivante, celle-ci est passée à 532 $.

Depuis, la hausse est devenue régulière, mais elle était beaucoup plus prononcée ces trois dernières années.

En 2017, elle se chiffrait à 564 $ (contre 542 $ un an plus tôt). En 2019, elle sera de 853 $ (hors taxe), contre 713 $ l'année dernière.