L’année 2018 s’est soldée par des résultats en forte progression pour Groupama

450 millions d'euros, c'est le résultat net que Groupama a pu enregistrer l'année dernière, soit 54% de plus que ce qu'il a réalisé en 2017. Ce chiffre, outre la hausse de son chiffre d'affaires et son résultat opérationnel, est un bel exploit pour cet assureur mutualiste qui a essuyé plus d'une couverture de sinistres climatiques surpassant son budget annuel.

Cette remarquable hausse s'explique, en fait, par l'absence de charges inhabituelles que le groupe a subies durant cette période ainsi que par une vente exceptionnelle, notamment celle de l'immeuble Window qui a généré d'énormes plus-values.

Mais Groupama ne compte pas pour autant rester là. L'enseigne compte, en effet, poursuivre sa voie dans la consolidation.


De meilleures performances en neuf ans

La dynamique de Groupama sur le marché français n'est plus à prouver quand on observe la vague de hausses qu'il a enregistrée en 2018. L'année dernière, en effet, les chiffres de cette enseigne mutualiste ont été pour la plupart à la hausse, à savoir :

  • Son chiffre d'affaires qui, en atteignant 14,3 milliards d'euros, a évolué de 4% à périmètre et change constants ; 
  • Son résultat net, à 450 millions d'euros, connait une nette progression de 54%.

Des résultats que les analystes qualifient de meilleurs à comparer aux neuf dernières années. De son côté, le DGA (directeur général adjoint) du groupe estime que l'absence de « charges exceptionnelles de type réglementaire » a été la source de ce succès.

Il se trouve, en effet, que l'établissement a dû majorer certaines rentes viagères, sans oublier l'augmentation de l'impôt sur les sociétés qui lui a couté quelque 187 millions d'euros en 2017.

Si 2018 a été une année propice pour Groupama, c'est certainement grâce aux plus-values qu'il a tiré de la cession de l'immeuble Window au quartier d'affaires parisien La Défense, qui s'élevaient à hauteur de 351 millions d'euros.

Groupama continue son ascension

D'après les chiffres que Groupama a enregistrés en 2018, il est on ne peut plus clair que sa phase croissance y a débuté. À savoir, l'enseigne doit son essor à ses activités sur le territoire français qui ont généré 11,6 milliards d'euros, soit plus de 80% de son chiffre d'affaires global.

Pour optimiser davantage sa croissance dans le pays, le groupe mutualiste mise sur son assurance habitation. À ce propos, il arrive à asseoir sa notoriété dans ce marché fortement concurrentiel en concluant 26 000 contrats. Un exploit dont se targue Fabrice Heyriès qui annonce fièrement que :

« Nous avons rénové notre produit il y a un an et davantage focalisé l'attention des caisses régionales sur l'habitation, parce que c'est un produit clef ».

Mais il compte poursuivre dans cette politique novatoire, en allant par exemple plus en avant sur ses projets de consolidation. Au président du groupe, Jean-Yves Dagès, d'épiloguer :

« Nous pouvons être un acteur majeur de la consolidation du secteur mutualiste ».

Un argument auquel son DG, Thierry Martel, s'empresse d'ajouter que :

« L'environnement concurrentiel se durcit et les investissements pour franchir la marche du digital sont de plus en plus importants […] un soutien sur leur métier d'assurance (NDLR : les autres opérateurs mutualistes), à travers notre savoir-faire technique ou nos systèmes d'information, et notre savoir-faire en matière de réassurance ».