La possibilité de résiliation du contrat de complémentaire santé continue de diviser

Les mutuelles sont sceptiques

Le gouvernement savait que cette décision ne ferait pas que des heureux. Mais au vu du contexte actuel et sous la pression des Gilets jaunes, Emmanuel Macron cherche par tous les moyens à améliorer le pouvoir d'achat des consommateurs. Certaines mesures sont toutefois prises au détriment des organismes de complémentaire santé.

Ces derniers, justement, font part de leur incompréhension et de leurs inquiétudes face à cette nouvelle situation. D'après eux,

« Au lieu de servir l'intérêt des consommateurs, la nouvelle mesure rend surtout le système de mutuelle vulnérable vis-à-vis des assurés malintentionnés ».

En principe, le fait qu'un assuré change de mutuelle chaque année ne devrait pas être un acte répréhensible. Mais selon l'avis des mutualistes,

« Cette opportunité pourrait nuire aux assurés les plus vulnérables et qui n'ont pas la possibilité de faire pareil ».

En effet, les migrations fréquentes des adhérents les plus versatiles pourraient faire augmenter les frais de gestion, au détriment de ceux qui restent fidèles à leur mutuelle.


Plus de liberté pour les assurés

Les représentants des associations des consommateurs, de leur côté, accueillent la nouvelle avec le sourire.

Pour eux,

« Il ne fait pas de doute qu'avec la crainte que les abonnés puissent à tout moment résilier leur contrat d'assurance, les mutuelles vont essayer de les fidéliser en s'efforçant de réduire leurs tarifs autant que possible ».

Les consommateurs entendent donc faire jouer la concurrence, une pratique déjà fortement présente dans les autres activités commerciales.

De plus, les organismes de complémentaire santé ne seront plus tentés d'augmenter déraisonnablement les cotisations annuelles.

Enfin, ils devront faire preuve de transparence au niveau de leurs coûts et permettre ainsi aux assurés de mieux comparer les offres.