En Belgique, les voitures de société représentent une grande part du parc automobile. Si aucun nombre précis n'est recensé, ces véhicules posent certains problèmes. Qualifiés de voitures « salaires » car ils font partie de la rémunération des employés, ces modèles représentent un avantage que les chercheurs considèrent comme inutile.

Dans la récente étude publiée, les experts critiquent la voiture de société. Pour eux, il s'agit d'un élément qui coûte cher à la société et au gouvernement. Ils soulignent également que ces véhicules ne représentent qu'une gêne tant sur le plan de la mobilité dans le pays que pour l'environnement.

Le système actuel doit être modifié

Thomas Ermans, chercheur à l'Irib, indique que le système des véhicules de société présente de nombreux points négatifs. Il propose donc une réduction de leur nombre, quitte à faire disparaître les voitures « salaires ».


D'après les résultats de l'étude, cette décision incitera les bénéficiaires de voitures de société à se comporter comme des personnes normales devant payer pour leur véhicule. Ils devront donc opter pour des modèles plus petits et réduire leurs déplacements. La suppression de ce système entraînera également un accroissement de la fréquentation des transports en commun.

Toutefois, pour que cette proposition devienne réalité, le gouvernement belge devra négocier avec les entreprises. Cela devrait amener à une augmentation des salaires et à la possibilité d'obtenir des déductions. Cependant, cette mesure engendrerait une hausse du coût du travail alors que la Belgique rencontre déjà des problèmes dans ce secteur.

Le système des voitures de société affecte la Belgique

En Belgique, le nombre de voitures de société en circulation crée le débat. Pour certains, il se chiffre à 625 000 tandis que les statistiques de 2016 indiquaient près de 700 000 véhicules. Quoi qu'il en soit, ces véhicules représentent 11,5 % du parc automobile du pays.

Les voitures « salaires » sont souvent utilisées pour un déplacement domicile-lieu de travail et ce sont les entreprises qui en supportent le coût. Pour rappel, il faut faire appel à un comparateur assurance pour trouver les meilleurs coûts et prestations pour une assurance voiture de fonction.

Selon Thomas Ermans, les voitures de société renvoient un message contradictoire avec celui du gouvernement qui privilégie une politique de mobilité durable. Xavier May, l'un des auteurs de l'étude et chercheur à l'ULB, déclare que la modification du système actuel ne profitera à aucun parti. Les plus nantis qui en profitent depuis toujours perdront leur avantage mais le gouvernement devra débourser plus d'argent pour permettre aux salariés de trouver d'autres solutions de déplacement.