En France, près d'un ménage sur deux accueil au moins un animal de compagnie chez eux qu'il s'agisse de chien, de chat, de hamster ou autres. Ce qui permet à plus de 60 millions de ces petites bêtes d'avoir un foyer sur qui ils peuvent compter en matière d'accessoires, d'alimentation ou de soins.

C'est sur ce dernier point que les choses se compliquent notamment lorsqu'il s'agit d'un problème de santé assez grave nécessitant une opération chirurgicale.

Ce qui pourrait faire grimper les frais du vétérinaire qui peuvent dépasser au plus vite le seuil des 2 000 euros. Un besoin coûteux que la souscription à une mutuelle pour animaux est en mesure d'alléger considérablement.


Des besoins de soins coûteux

Tout comme les humains, les animaux de compagnie peuvent tout aussi bien avoir à faire face à des problèmes de santé. Qu'il s'agisse de maladie ou d'accident, ils ont besoin de soins que généralement un vétérinaire peut assurer.

Et là encore, les coûts peuvent être supportables s'il s'agit d'une situation ne requérant que des traitements basiques. Mais les problèmes commencent lorsqu'une éventualité plus sérieuse se présente pour décupler les dépenses comme pour le cas de Gaspard, un chat dont la colonne vertébrale est facturée et qui avait besoin d'une opération urgente. Deux pour être précis, la première ayant coûté 1 000 euros si la deuxième s'est élevée à 1 500 euros.

Soit, une somme totale de 2 500 au frais de Gaëlle et Marc, ses propriétaires qui devaient recourir à un emprunt bancaire afin de s'en acquitter.

Les mutuelles peuvent sauver la mise

Faute de souscription à une assurance animaux de compagnie, le foyer ayant accueilli Gaspard était contraint de payer de leur poche la totalité des soins. Pourtant, cette situation aurait pu être allégée totalement ou partiellement en fonction de la formule de couverture choisie auprès des mutuelles.

En effet, avec un contrat basique ne dépassant pas les 20 euros par mois, il serait possible d'obtenir un remboursement annuel élevé à 1 200 euros. À noter que cette option couvre d'ores et déjà :

  • Les frais chirurgicaux, auxquels peuvent s'ajouter des garanties couvrant les consultations chez le vétérinaire ; 
  • Les médicaments ; 
  • Les radios ou analyses et frais hospitaliers en cas de maladie ou d'accident.

Ainsi, il est inutile de dire que les plafonds de prise en charge ainsi que les garanties sont d'autant plus élevées au fur et à mesure que la formule est complète.

S'ajoutant à cela, il est désormais possible de changer, une fois par an, de compagnie d'assurance pour bénéficier de l'offre la plus attrayante, grâce à la loi Chatel qui s'applique également sur les mutuelles pour animaux.