Les populations tendent-elles à vivre plus longtemps ?

Un rapport portant sur les inégalités d'accès en matière de soins a été publié par l'OMS. Celle-ci a profité de la journée dédiée à la promotion de la santé dans le monde pour dresser un bilan de l'espérance de vie des populations. Il en résulte qu'elle a progressé depuis 2000.

Des disparités sont cependant observées en fonction des pays. L'écart entre la durée de vie des personnes vivant dans les pays riches et celles des habitants des nations peu développées s'élève à une bonne dizaine d'années. En intégrant le sexe comme variable, le constat est sans appel : les femmes vivent plus longtemps que leurs congénères masculins.


Les femmes tiendraient plus longtemps

D'après les statistiques relevées par l'OMS, un homme trentenaire a davantage de risques de succomber avant d'atteindre l'âge de 70 ans, d'une pathologie non transmissible, comparé aux femmes du même âge. En 2016, l'écart s'établit à 44 %, en termes de probabilité. En effet, 33 principaux facteurs de décès (sur 40) impactent plus la durée de vie des hommes que celle de leurs homologues du sexe opposé.

Si les probabilités d'attraper une maladie ne sont pas forcément les mêmes, les hommes ne sont pas pour autant enthousiastes à l'idée de se faire soigner. Le rapport avance justement que cette réserve tend à augmenter le risque de décès, face à une même pathologie.

Cela dit, les femmes ont une plus longue espérance de vie lorsqu'elles peuvent aisément accéder aux soins. L'écart entre leur durée de vie est moins significatif quand ces services sont difficilement accessibles.

18,3 ans d'écart entre les pays riches et les pays pauvres

Entre 2000 et 2016, la durée de vie à la naissance passe à 72 ans, soit une amélioration de 5,5 ans. Concernant le nombre d'années durant lesquelles une personne reste en bonne santé au cours de sa vie, il atteint 63,3 ans, alors qu'il était de 58,5 ans, selon le rapport. Toujours est-il que le niveau de vie (y compris l'accès aux services d'assurance santé) y est pour beaucoup. Les populations des pays riches vivent en moyenne 18,1 ans plus longtemps que celles des pays pauvres.

Car les services de santé sont loin d'être abondants dans les pays en développement, les personnes qui y vivent décèdent davantage à l'accouchement. D'après le même rapport, seulement 1 femme sur 3 300 perd la vie pour des raisons associées à la maternité dans les pays riches, contre 1 individu sur 41 dans d'autres.