D'après les données recueillies par Attitude prévention, les motards et les scootéristes ont souvent tendance à négliger leurs équipements sur les routes de France. Ce constat résulte d'une enquête menée par l'association qui s'est focalisée sur les conducteurs de deux-roues de 14 à 24 ans.

90 % des personnes interrogées estiment être bien équipées, voire très bien équipées, lorsqu'elles circulent à moto ou en scooter. Pourtant, dans la pratique, ils ne sont que 83 % à porter systématiquement le casque au quotidien. Par ailleurs, seuls 81 % des passagers respectent réellement la règlementation concernant le port de casque obligatoire.

D'autre part, les comportements à risque deviennent encore plus fréquents durant les belles saisons. Cette mauvaise habitude peut notamment s'expliquer par l'ambiance estivale. Toutefois, le beau temps et les tenues légères ne protègent pas des accidents.


Les imprudences se multiplient en période estivale

Selon l'enquête réalisée par Attitude prévention, un motard sur deux affirme avoir déjà conduit bras nus par beau temps. Au printemps et surtout en été, 45 % des questionnés ont déjà roulé à moto en short et 31 % l'ont fait en portant des chaussures ouvertes.

Pourtant, être bien équipé à moto exclut les polos ou les chemises à manches courtes, les shorts et les tongs. Même s'il s'agit d'une évidence, seulement 62 % des motards ou des scootéristes portent un blouson, 62 % mettent un pantalon et 43 % sont équipés des chaussures montantes.

Toujours durant la période estivale, 15 % des motards ont admis avoir déjà circulé sans casque. Pour ceux qui daignent en porter, 20 % d'entre eux ne prennent même pas la peine de l'attacher. Pourtant, lorsqu'il n'est pas attaché, le casque offre à son utilisateur une sécurité limitée. En effet, cet équipement peut tomber à tout moment.

Le gilet jaune fait également partie des équipements incontournables pour les conducteurs de deux-roues. Il est d'ailleurs obligatoire pour tous les usagers de la route en France. Lors des arrêts d'urgence, le motard doit le mettre dès qu'il descend de sa machine. En cas d'infraction (absence de l'équipement, arrêt d'urgence sans porter le gilet, etc.), le conducteur risque une amende de 11 à 135 euros.


Les forces de l'ordre se montrent rarement compréhensives quant à la négligence des équipements de sécurité. En effet, au-delà des amendes, les conducteurs imprudents s'exposent à des risques d'accident et représentent un danger pour les autres usagers de la route.

Les protections obligatoires sur deux-roues

À l'instar des forces de l'ordre, l'assurance moto ne tolère pas les négligences ou même l'absence de protections obligatoires pour les deux-roues. Ce type de comportements à risque est généralement mentionné dans les clauses d'exclusion des contrats standards en la matière. De ce fait, il faut les porter systématiquement pour éviter les amendes, les blessures graves et éventuellement les soucis avec son assureur.

En France, le port du casque de moto est obligatoire depuis la loi du 1er juillet 1973. Cette disposition concerne tous les utilisateurs de deux-roues à moteur. Le non-respect de cette règlementation en vigueur est ainsi passible d'un retrait de 3 points sur le permis et d'une amende pouvant atteindre les 750 euros.

Actuellement, un jeune motard sur 3 conduit parfois sans être équipé de gants. Pourtant, cette protection est également obligatoire pour toute personne circulant en deux-roues. De plus, 40 % des conducteurs ignorent que le port de gants obligatoire concerne aussi les passagers.


En cas de chute, les blessures aux mains sont assez fréquentes sur les deux-roues motorisées. En effet, le premier réflexe du motard consiste à les mettre en avant pour se protéger. Ainsi, près de 20 % des victimes d'accidents de moto sont blessés à la main, au poignet ou à l'avant-bras.

En adoptant des gants épais, les motards ont 95 % de chance d'atténuer ou d'éviter les blessures aux mains. De ce fait, une personne circulant sur deux-roues sans gants ou sans protections homologuées risque de perdre un point sur son permis et de payer une amende de 68 euros.