Si auparavant, on devait acheter des CD et des DVD pour écouter de la musique et regarder des films, aujourd'hui tout cela peut se faire en ligne. Seat veut appliquer une démarche similaire pour l'utilisation de la voiture. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une première (Swatch avait déjà prévu d'instaurer un accès plus libre à la voiture via son projet Smart), la marque espagnole entend déclencher une révolution en remettant en cause la notion de propriété. La formule de financement de Seat permet de louer un véhicule en choisissant le type de modèle et en ajustant la durée à ses besoins.


La location se généralise dans de nombreux domaines

Dans plusieurs domaines, louer est devenu une réalité depuis quelques décennies. Aujourd'hui, cette pratique se répand chez les automobilistes. Elle a commencé à se diffuser discrètement dans les grandes villes. Par exemple, les Parisiens ne sont aujourd'hui plus qu'un tiers à posséder une voiture. À l'instar de nombreuses personnes résidant dans les métropoles dans lesquelles les transports en commun sont satisfaisants, ils privilégient désormais la LCD (Location de courte durée) lorsqu'ils partent en vacances quelques semaines ou le temps d'un week-end.

La location rend non seulement plus souple mais également moins formel l'usage d'une voiture. Tout en conservant l'image renvoyée par la possession d'un véhicule, elle exempte l'utilisateur de l'entretien ainsi que des soucis liés à la revente.

Seat lance son offre en premier sur l'Arona. Le choix de ce petit SUV n'est pas un hasard. Il faut savoir que la marque espagnole a pâti durant des années de l'absence de ce type de modèle dans sa gamme. Néanmoins, la firme a mis fin à sa réputation de spécialiste d'un modèle unique en mettant sur le marché l'Ateca en 2016, l'Arona en 2017 et le Tarraco au début de cette année.

L'Arona, avec la finition Urban TSI 95 ch, est disponible en location à partir de 199 euros mensuels. Pour le haut de gamme, notamment une version TDI 95 ch équipée d'une boîte automatique DSG, le tarif s'élève à 229 euros.


Quels sont les avantages de l'offre de Seat ?

Après le logement (en location ou en tant que propriétaire), le budget alloué aux voitures et à leurs assurances auto constitue pour les ménages le second poste de dépenses. En optant pour la location, il est possible d'échelonner les paiements sur une durée pouvant aller jusqu'à 5 ans. Par ailleurs, étant donné que la voiture est reprise par le loueur, le souscripteur d'une LLD n'aura pas à s'inquiéter de la valeur de revente. Par contre, il devra s'engager sur 3 points. À savoir une période de location, un modèle et un kilométrage maximal. Leur non-respect entraîne une sanction financière qui peut parfois être lourde.

Telle est la règle générale. Néanmoins, Seat a décidé d'adopter un modèle différent. En effet, la formule de location proposée par le label espagnol est sans engagement. Normalement, la location s'étale sur 3 ans. Cependant, si le client estime que cette durée ne lui convient pas, il a la possibilité de la résilier dès le 31ème jour, cela sans pénalité. De même, il peut réclamer l'ajustement du montant de ses mensualités. Là encore, il n'y a aucune contrepartie financière.

Par ailleurs, le souscripteur ne subit pas non plus de pénalités s'il réajuste le kilométrage initial en cours de contrat ou s'il le dépasse vers la fin de la location. Si sa famille s'élargit, il peut également remplacer son véhicule par un autre plus spacieux sans avoir à s'acquitter d'un supplément. En outre, le client peut demander un changement de type de carburant ou de motorisation.


L'offre de Seat peut être assimilée à une expérimentation

Il faut savoir que Seat fait partie du groupe Volkswagen depuis 1986. L'offre LLD de la marque possède une valeur de test pour elle-même mais aussi pour les autres labels du constructeur germanique, voire pour la concurrence. Par ailleurs, elle apporte davantage de simplicité dans un paysage financier devenu compliqué. En effet, les LLD se sont multipliées à un point tel qu'elles forment désormais un labyrinthe dans lequel le consommateur peine à se retrouver.

Avant tout, ce dernier doit se demander s'il préfère louer ou acheter. Si la location procure de nombreux avantages qui sont d'autant plus immédiats (comme une mise de départ faible, des loyers mensuels modiques, etc.), elle présente aussi des inconvénients.

Par exemple, elle risque d'entraîner l'automobiliste dans une spirale dont il peut avoir du mal à se sortir. Par ailleurs, une incertitude demeure concernant le versement de frais de remise en état conséquents si le véhicule présente des dommages à sa restitution.

Pour sa part, l'achat apporte aussi certains avantages. Il est notamment possible d'obtenir une valeur de revente élevée si le modèle est plébiscité. L'accessibilité du crédit constitue par ailleurs un facteur favorisant l'acquisition d'un véhicule. Les conservateurs, eux, pourront amortir leur achat sur de nombreuses années. En somme, le choix entre achat et location dépendra des exigences et des moyens de chacun.